Les flux de capitaux privés

En 1962, les flux de capitaux privés en direction des pays en développement se montent à environ US$2,2 milliards, soit approximativement un tiers de l’aide publique. Dans les années 1980, ces flux sont généralement supérieurs à l’aide, et ils grimpent en flèche pendant les années 1990, pour culminer à quelque 300 milliards en 1997.

Du point de vue du développement, les plus utiles sont les flux d’investissements directs, particulièrement attirés par l’Asie en raison de son dynamisme et de la présence d’une main-d’œuvre qualifiée et nettement moins onéreuse que celle des pays occidentaux.En 1998, le stock total d’investissements directs étrangers dans le reste du monde atteint US$1 300 milliards, soit US$248 par habitant. Ces investissements viennent compléter l’épargne intérieure mais ils comptent surtout pour les transferts de technologie, l’acquisition de compétences et la compétitivité des exportations. Néanmoins, ils sont beaucoup plus abondants en Occident, où le stock s’élève à US$2 800 milliards en 1998, soit US$3 266 par habitant. Une grande partie de ces flux financiers privés est de nature spéculative et gonfle fortement après l’instauration, dans les années 1990, de la libre-circulation des capitaux en Europe de l’Ouest, en Asie et en Amérique latine. Les crises asiatique et russe de 1997-1998 déclenchent d’importantes sorties de capitaux à court terme. Les estimations provisoires du FMI pour 2001 font apparaître des flux nets de US$160 millions, ce qui représente un net repli par rapport au point culminant de 300 millions enregistré en 1997. La volatilité de ces flux incite Joseph Stiglitz (2002), ancien économiste en chef de la Banque mondiale et lauréat du prix Nobel, à affirmer que la libéralisation des flux financiers est allée trop loin, que les plans de renflouement du FMI protègent trop les investisseurs étrangers et que les débiteurs en difficulté devraient bénéficier de davantage de marge de manœuvre concernant la faillite et le défaut de paiement (comme c’était le cas dans les années 1930 et auparavant).


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,7% ; imp -0,9% T3 2019
Inflation annuelle 2,1% décembre 2019
Chômage 5,1% décembre 2019
Mise à jour: 20 février 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019