Sécurité sociale

Sécurité sociale

Les cotisations de sécurité sociale représentaient environ un quart des recettes publiques des pays de l'OCDE en 2000, soit la même proportion qu'en 1995. Mais, comme le montre l'édition 2002 des Statistiques des recettes publiques, d'importantes disparités subsistent d'un pays à l'autre en raison de différences dans les définitions et les pratiques. Au Danemark, les cotisations de sécurité sociale représentent 4,6 % des recettes publiques, soit 2,2 % du PIB, tandis qu'à l'autre extrême, en République tchèque, les cotisations de sécurité sociale représentent 43,8 % des recettes publiques, soit 17,3 % du PIB

Sécurité socialeLes cotisations de sécurité sociale représentaient environ un quart des recettes publiques des pays de l'OCDE en 2000, soit la même proportion qu'en 1995. Mais, comme le montre l'édition 2002 des Statistiques des recettes publiques, d'importantes disparités subsistent d'un pays à l'autre en raison de différences dans les définitions et les pratiques. Au Danemark, les cotisations de sécurité sociale représentent 4,6 % des recettes publiques, soit 2,2 % du PIB, tandis qu'à l'autre extrême, en République tchèque, les cotisations de sécurité sociale représentent 43,8 % des recettes publiques, soit 17,3 % du PIB. Les pays européens considèrent généralement que la plupart des dispositifs publics qui apportent une garantie de revenu constituent une forme d'assurance qui doit être financée par des cotisations de sécurité sociale, et leurs filets de protection sociale sont bien développés, de sorte qu'ils se situent plutôt en tête de classement du point de vue de l'importance des cotisations de sécurité sociale. Les pays anglophones (ainsi que la Corée) financent une part beaucoup plus importante de leurs prestations sociales par d'autres types de recettes publiques – de fait, ni l'Australie, ni la Nouvelle-Zélande, ne prélèvent de cotisations de sécurité sociale. Et, en règle générale, le rapport des cotisations de sécurité sociale au PIB est plus faible dans les pays de l'OCDE où le PIB est relativement bas, sauf en Hongrie, en République slovaque et en République tchèque. La répartition des cotisations entre employeurs et salariés varie aussi largement d'un pays à l'autre : la charge des cotisations de sécurité sociale est supportée pour moitié par les employeurs et pour moitié par les salariés en Allemagne, aux États-Unis, au Japon, au Luxembourg et en Suisse, tandis qu'ailleurs les employeurs paient généralement la part du lion, sauf au Danemark et aux Pays-Bas où ce sont les salariés qui paient le plus.  OCDE, 2002, Statistiques des recettes publiques 1965-2001, Edition 2002, Paris 2002.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017