La fin d’une idylle ?

D’après un sondage paru dans le magazine BusinessWeek, la moitié des Américains pensent que ce qui est bon pour l’économie ne l’est pas nécessairement pour leur pays. Pas étonnant direz-vous – sauf que ce sondage date d’il y a plus de deux ans, soit avant l’éclatement de la bulle technologique et longtemps avant les scandales financiers qui ont récemment ébranlé le monde des affaires. Le fait que cette enquête paraisse dans l’un des principaux magazines américains, réputé pour être plutôt favorable aux milieux économiques, incite à prendre ces propos très au sérieux.

D’après un sondage paru dans le magazine BusinessWeek, la moitié des Américains pensent que ce qui est bon pour l’économie ne l’est pas nécessairement pour leur pays. Pas étonnant direz-vous – sauf que ce sondage date d’il y a plus de deux ans, soit avant l’éclatement de la bulle technologique et longtemps avant les scandales financiers qui ont récemment ébranlé le monde des affaires. Le fait que cette enquête paraisse dans l’un des principaux magazines américains, réputé pour être plutôt favorable aux milieux économiques, incite à prendre ces propos très au sérieux.Les résultats sont surprenants. L’enquête abordant beaucoup de sujets, les sondés étaient invités à dire s’ils approuvaient ou désapprouvaient certaines propositions préétablies. Celle qui a été la plus souvent reprise dans la presse est simple : en général, ce qui est bon pour l’économie est bon pour la plupart des Américains. Si 47 % des personnes interrogées se disaient d’accord avec cette affirmation, 49 % étaient contre. Une position beaucoup plus critique que dans l’enquête précédente, qui remontait à 1996, dans laquelle seulement 28 % des sondés pensaient que leurs intérêts ne coïncidaient pas forcément avec ceux de l’économie. L’enquête de 2000 contenait une autre mise en garde à l’égard des milieuxéconomiques : pour 72 % des personnes interrogées, l’économie avait une influence excessive sur trop d’aspects de la vie en Amérique.Le tableau n’est pas non plus tout noir pour le monde des affaires américains. Par exemple, 68 % des personnes interrogées estimaient que la prospérité qui a caractérisé une grande partie des années 1990 était due pour une large part aux entreprises américaines. Par contre, une des questions donnerait probablement des résultats moins reluisants si le sondage était conduit aujourd’hui. En effet, en réponse à la question : la direction des grandes entreprises vous inspire-t-elle confiance ?, seulement 19 % disaient avoir pleinement confiance, mais 58 % avaient au moins un peu confiance. Les sondages ont leurs limites, mais celui de BusinessWeek semble au moins indiquer que l’image des entreprises américaines avait commencé à se détériorer bien avant les scandales d’Arthur Andersen et d’Enron, et d’autres encore. Toujours est-il que ce mécontentement semble aujourd’hui s’être mué en une véritable crise de confiance.Serait-ce la fin de l’idylle entre l’opinion américaine et le monde des affaires ? Pas si sûr, mais l’opinion américaine est devenue plus vigilante et la relation ne sera peut-être plus jamais comme avant. Ajoutons à cela une coïncidence : ce sondage plutôt surprenant est paru dans le numéro de BusinessWeek daté du 11 septembre 2000. « Sondage Business Week/Harris: How Business Rates: By the Numbers » BusinessWeek, 11 septembre 2000.


Données économiques

PIB +0.5% T3 2019
Échanges exp -0.7% ; imp -0.9% T3 2019
Inflation annuelle 2.1% décembre2019
Chômage 5.1% décembre 2019
Mise à jour: 18 février 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019