Compter avec l’euro

Département des affaires économiques

L’introduction de l’euro fiduciaire le 1er janvier 2002 a changé la vie de plus de 300 millions de personnes. La deuxième Étude économique de l’OCDE sur la zone euro examine les politiques et les pressions budgétaires dans les pays membres, les perspectives de reprise économique dans la zone euro et les performances de la Banque centrale européenne. Elle cherche également à établir si, avec une monnaie unique en vigueur dans 12 pays, il peut être intéressant de transférer son compte bancaire ou de contracter un prêt hypothécaire dans un autre pays de la zone euro.

Les voyageurs qui se déplaçaient dans la zone euro se sont plaints amèrement, au début de l’année, de ce que leur vieux rêve de liberté totale d’achat par delà les frontières demeurait une aventure coûteuse. Les euros qu’ils retiraient dans les distributeurs automatiques à l’étranger étaient certes les mêmes que dans leur pays et il leur était désormais facile de comparer les prix dans les magasins. Mais quand ils reçurent leurs relevés de compte, ils durent se rendre à l’évidence : le privilège d’utiliser leur carte bancaire pour retirer des espèces leur était facturé beaucoup plus cher que chez eux. Une directive de l’Union européenne a mis fin à cette pratique avant la saison d’été, mais l’intégration du secteur bancaire est encore loin d’avoir atteint celle des autres marchés financiers.Comme le constate l’Étude économique de l’OCDE sur la zone euro, les multiples opérations de fusions et acquisitions des dernières années n’ont pas réussi à faire avancer les choses autant que d’aucuns l’espéraient, car elles ont surtout servi à concentrer les marchés bancaires nationaux. En effet, les regroupements transfrontaliers ont été relativement peu nombreux. Par ailleurs, il est quasiment impossible de comparer les prêts immobiliers parce que les régimes de prêt au logement sont très différents selon les pays et les barrières à l’entrée de sociétés étrangères sur les marchés locaux de l’assurance et des retraites restent considérables.Pour les consommateurs européens, un virement d’un pays à l’autre est en général beaucoup plus coûteux qu’un virement à l’intérieur d’un pays. La profession bancaire souligne que si les paiements transfrontaliers restent onéreux, c’est parce qu’il n’y a pas de système paneuropéen intégré pour les paiements de détail et que ces paiements doivent être en partie traités manuellement. Cependant, elle ajoute que les volumes de transactions sont trop faibles pour justifier la mise en place d’un système intégré. Les autorités européennes ont imposé aux banques de prélever les mêmes frais pour l’utilisation des cartes bancaires dans toute la zone euro à partir de juillet 2002. Mais ce n’est qu’avec le temps qu’on verra si une baisse des coûts augmentera suffisamment les volumes pour assurer la rentabilité d’un système transfrontalier.Si l’on examine la pratique quotidienne, l’activité bancaire au sein de la zone euro commence et finit essentiellement sur le marché national. Les banques ne semblent pas rechercher des clients potentiels au-delà des frontières ; de leur côté, les consommateurs ne cherchent pas des crédits plus avantageux à l’étranger.Les autorités européennes ont eu tendance à laisser jouer les forces du marché, mais comme aucun système commun n’a été mis au point pour faciliter les petits virements transfrontaliers après plusieurs décennies, l’Étude économique de l’OCDE estime qu’il est temps qu’elles jouent un rôle plus actif. Références OCDE (2002), Études économiques de l’OCDE : zone euro, Paris© L’Observateur de l’OCDE, Nº234, Octobre 2002


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016