La connaissance dans un monde à risque : Créer une citoyenneté d’entreprise « universelle »

Pouvons-nous encourager des pratiques d’entreprise éthiques et responsables tout en bâtissant des sociétés aux résultats financiers satisfaisants ? Oui

A près la débâcle comptable des sociétés Enron et WorldCom, la crédibilité des grandes entreprises est au plus bas. Soucieuses de restaurer la confiance, les autorités des États-Unis exigent maintenant des présidents et des directeurs financiers des grandes entreprises cotées, qu’ils établissent leurs rapports financiers avec sincérité : si l’on découvre que l’un quelconque de ces rapports est falsifié, ils pourront être traduits devant des juridictions civile et pénale.

A près la débâcle comptable des sociétés Enron et WorldCom, la crédibilité des grandes entreprises est au plus bas. Soucieuses de restaurer la confiance, les autorités des États-Unis exigent maintenant des présidents et des directeurs financiers des grandes entreprises cotées, qu’ils établissent leurs rapports financiers avec sincérité : si l’on découvre que l’un quelconque de ces rapports est falsifié, ils pourront être traduits devant des juridictions civile et pénale.Malheureusement, le problème ne se limite pas aux États-Unis. Il s’est retrouvé en Corée, où de récentes fraudes comptables ont été découvertes au sein de sociétés de capital-risque cotées au Kosdaq, l’équivalent coréen du Nasdaq américain, faisant plonger l’indice de 279 au 15 décembre 1999 à 53 le 19 septembre 2002. Les présidents de 810 entreprises cotées au Kosdaq se sont spontanément engagés à garantir la sincérité de leurs comptes. Même si ces engagements n’ont aucun caractère contraignant, ils risquent d’écorner sérieusement l’image des entreprises qui ne les respecteraient pas, car la liste des entreprises y ayant souscrit sera publiée.Tous ces événements démontrent qu’avec la rapide mondialisation que nous connaissons, les entreprises de pays différents sont jugées à l’aune d’un ensemble de règles et de principes directeurs identiques. Pour survivre, peu importe désormais le périmètre d’action, national ou international, de l’entreprise : ce qui compte, c’est qu’elle se mette en conformité avec les « bons » principes d’éthique et de gouvernement d’entreprise acceptés au plan international.Les entreprises sont appelées à se comporter en citoyennes responsables de cette société mondialisée, et les sanctions – du marché, mais aussi du législateur – pourraient être sévères si elles se dérobaient au devoir qu’elles ont, vis-à-vis des actionnaires, d’engranger des bénéfices en toute probité et de tenir des comptes clairs, précis et ouverts à l’appui de ces résultats.Comment pouvons-nous faire prévaloir des pratiques de gestion éthiques et responsables tout en contribuant, au passage, à l’obtention de résultats financiers satisfaisants ? Et en quoi les concepts d’éthique et de responsabilité sociale des entreprises de la société de la connaissance du XXIe siècle doivent-ils différer de ceux de l’ère industrielle du XXe siècle ? Si l’on veut mettre en oeuvre une citoyenneté d’entreprise à l’échelle planétaire, il est essentiel de s’en tenir à une norme mondiale unique, en particulier dans le domaine des pratiques de gestion. J’entends par là que nul ne devrait croire qu’il peut jouer sur deux tableaux : en Corée, une société de courtage de renommée mondiale a récemment été sanctionnée par les autorités pour avoir divulgué auprès de ses clients un rapport interne sur Samsung Electronics avant sa publication. Cet « accident » aurait pu être évité si l’entreprise avait respecté les principes essentiels de fonctionnement qu’elle s’impose sur d’autres marchés. Elle pourra toujours se défendre en arguant qu’il s’agit d’une pratique courante chez certains analystes coréens, mais c’est justement ce type de comportement qui risque de freiner le développement d’une norme mondiale en matière de citoyenneté d’entreprise, et qui donne des munitions aux militants anti-mondialisation.Certains chefs d’entreprises multinationales implantées dans des pays en développement peuvent prétendre que l’application d’un code d’éthique strict fixé par leur siège les mettrait dans l’incapacité de se battre contre les concurrents nationaux. Selon eux, les clauses interdisant tout renvoi d’ascenseur,pot-de-vin ou profit indu découlant d’un délit d’initié rendent difficile la survie de leur activité. Pourtant, il existe dans le monde entier des entreprises modèles qui appliquent des normes universelles de gestion. Ainsi, Johnson & Johnson est un laboratoire pharmaceutique qui mène aujourd'hui en Corée une activité extrêmement satisfaisante, tout en appliquant à la lettre le code éthique rigide que lui impose le siège américain. La direction de Johnson & Johnson a écarté toute pratique douteuse, mais n’en rapporte pas moins des résultats très honorables.Une entreprise doit respecter son code d’éthique ou de citoyenneté dans tous les endroits du monde où elle opère. Élément essentiel de cette équation, le gouvernement d’entreprise pourra nous aider à toucher rapidement au but, c'est-à- dire à la citoyenneté universelle des entreprises, synonyme d’un fonctionnement identique des sociétés dans tous leurs lieux d’activité.


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,7% ; imp -0,9% T3 2019
Inflation annuelle 2,1% décembre 2019
Chômage 5,1% décembre 2019
Mise à jour: 20 février 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019