Des mythes non durables

Courrier des lecteurs
Après plus d’une décennie passée autour de tables de négociations où il était question de développement durable, c’est avec intérêt que j’ai pris connaissance des discussions tenues lors du Forum 2001 de l’OCDE sur ce sujet.
Le développement durable en tant que concept s’est largement imposé au fil des ans, dans les débats politiques. Pourtant, son sens donne toujours lieu à des interprétations variables. « Développement durable » et « environnement » ne constituent pas deux concepts différents, contrairement à ce que l’on entend parfois. L’essence même du développement durable est précisément l’intégration complète de la gestion de l’environnement dans la planification du développement, et cela englobe les dimensions sociale, économique, culturelle, religieuse, morale, scientifique et technique.En témoignent les objectifs des deux principales conventions relatives au développement durable qui sont issues du processus de la CNUED amorcé en 1992 à Rio de Janeiro – sur les changements climatiques et la diversité biologique.Il est réconfortant de voir qu’une convergence de vues se dessine sur certains faits essentiels, à savoir que la croissance économique peut en fait profiter du développement durable, et que beaucoup de solutions aux problèmes de dégradation de l’environnementpassent par la réglementation.En revanche, je suis troublé par le peu de place accordée aux points de vue des pays en développement dans vos discussions. Peut-être se méprend-on sur leur compte, au motif que ces pays appliquent des normes environnementales dérisoires, ou que la pauvreté est cause de dégradation de l’environnement. Ce sont des mythes qui doivent être combattus. La réalité est que certaines multinationales minent bien souvent les initiatives de développement durable au lieu de les appuyer. Pour elles, le renforcement des capacités est un outil qui sert à s’assurer un plus large accès aux marchés et à accroître les profits. De fait, le premier responsable de la dégradation de l’environnement est bien la quête effrénée et non le manque de richesse. Quant à la destruction des forêts, elle est le fait de leur exploitation commerciale – parfois illégale – par de grandes entreprises, et non, comme le laisse entendre votre éditorial, des activités de subsistance des populations locales. N’oublions pas ces faits essentiels au moment où la planète se prépare à faire le bilan, cet été à Johannesburg, des dix ans écoulés depuis Rio. © L’Observateur de l’OCDE, Nº230, Janvier 2002


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017