Tunnels : vue sur l’avenir

Conférence européenne des ministres des transports

La sécurité dans les tunnels est devenue un motif de vive préoccupation ces dernières années à la suite des graves accidents survenus dans le tunnel du Mont Blanc et en Autriche, sans oublier l’incendie dans le tunnel sous la Manche. Compte tenu des progrès de la technologie des tunnels et de la place croissante qu’occupent ces ouvrages dans les infrastructures routières, la question se pose de savoir comment les rendre plus sûrs.

Prenons le cas du transport de matières dangereuses. Un accident grave, impliquant par exemple des produits chimiques explosifs ou toxiques dans un tunnel, peut s’avérer très coûteux à la fois en terme de vies humaines mais aussi de dégradation de l’environnement, de dommages au tunnel et de perturbation du système de transport. Mais une interdiction pure et simple du transport de matières dangereuses dans tous les tunnels est inconcevable car elle pourrait engendrer des coûts économiques additionnels injustifiés. Bien plus, pareille interdiction risque de forcer les opérateurs à emprunter des itinéraires plus dangereux traversant par exemple des agglomérations ou des régions peuplées.Les habitudes et règlements du transport de matières dangereuses dans les tunnels varient considérablement selon les pays et parfois à l’intérieur d’un même pays. Ce qui n’est pas le cas pour le règlement du transport de ces matières sur les routes à ciel ouvert qui, lui, est bien plus uniforme et souvent basé sur des modèles de règlements internationaux. Pour les tunnels, la définition de la réglementation, la prise de décision, la responsabilité et l’application sont souvent laissées aux autorités locales ou régionales, aux propriétaires des tunnels ou encore aux avis des « experts ». L’absence d’une réglementation générale applicable à tous les tunnels routiers au niveau national limite la capacité d’évaluer les risques et de prendre les mesures qui s’imposeraient.L’OCDE et l’Association Mondiale de la Route (WRA) se sont penchées sur ces problèmes dans cette nouvelle étude qui traite à la fois des questions réglementaires et techniques. Par exemple, elle a conçu un système relativement simple, regroupant sur une liste les cargaisons dangereuses, système qui pourrait être mis à la disposition des transporteurs pour la planification de leurs itinéraires. Actuellement, ils doivent parcourir de longues listes de marchandises et de quantités interdites, différentes pour chaque tunnel. Un modèle d’évaluation quantitative des risques a aussi été mis au point pour comparer les risques encourus lors du transport de marchandises dangereuses dans un tunnel par rapport à ceux des autres itinéraires possibles. De plus, de nombreuses études ont été réalisées pour évaluer l’efficacité des mesures de réduction des risques telles que les systèmes de drainage, de ventilation ou de détection d’incendie. Cette étude débouche sur un message encourageant : avec une gestion appropriée on peut envisager sereinement l’avenir des tunnels. L’amélioration des techniques de construction et de prévention des accidents les rend de plus en plus sûrs et rentables pour la traversée de terrains difficiles et de zones urbaines.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016