L'Afrique face à la modernisation

Centre de développement

L’isolement n’est pas propice au développement économique. Tel a été le leitmotiv de la Communauté européenne pendant les 50 dernières années, le souffle qui a permis la conclusion de l’Accord de libre échange nord américain (l’ALENA), et la motivation des appels à l’action en Asie de l’Est. En Afrique, les initiatives d’intégration régionale se sont succédées et ne se comptent plus, mais toutes se sont soldées par des résultats plutôt décevants.

Ce dont l’Afrique a besoin tout d’abord, si l’on en croit le Forum de l’OCDE sur les perspectives africaines, c’est que s 'instaurent des systèmes politiques viables qui favorisent le lancement d’initiatives collectives. Celles-ci induiront au bout du compte une intégration économique durable. Aujourd’hui, 60 % des échanges mondiaux s’opèrent à l’intérieur de blocs commerciaux régionaux. Il est important de disposer de vastes marchés, surtout pour les petites économies et les pays les moins avancés, parce qu’ils offrent de nouvelles perspectives d’investissement, renforcent la production de biens échangeables et encouragent les investissements directs étrangers. Pour que l’Afrique parvienne à réduire de moitié son taux de pauvreté d’ici à 2015, il faudrait que son économie atteigne un taux de croissance de 7 % par an. C’est un immense défi pour une région dont le rythme d’expansion oscille autour de 3,3 % depuis une dizaine d’années.Bien que le débat reste encore ouvert, l’intégration régionale peut offrir un moyen de mettre en commun les ressources, de réduire les coûts et d’améliorer les capacités d’échange. En dehors de toute considération économique, une approche régionale est parfois plus efficace pour régler les problèmes, qu’il s’agisse du VIH/SIDA et d’autres maladies infectieuses, des questions de riveraineté ou des questions d’environnement. Que la création d’États unis d’Afrique soit ou non l’objectif ultime, l’adoption d’une démarche régionale associée à des réformes intérieures pourrait se révéler une solution judicieuse pour permettre une adaptation efficace à la mondialisation.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016