Rétablir la paix

Comment appliquer les principes
Lauréat du prix Nobel de la Paix 1998*

©Cain

Pour que le conflit fasse place à la paix, il faut construire le respect mutuel, travailler ensemble pour établir des ententes et bâtir de nouvelles institutions. C’est tout à fait possible.

Nous vivons actuellement l’une des plus grandes révolutions de l’histoire du monde – la révolution des technologies et des télécommunications. Le monde est devenu plus petit et ses habitants plus proches les uns des autres. Le défi est d’autant plus grand, si nous voulons que ce siècle soit celui où les guerres et les conflits auront disparu. Les distances s’étant raccourcies, une guerre dans n’importe quel endroit du monde peut avoir de graves conséquences pour nous tous, où que nous vivions. Ce qui se passe actuellement au Moyen-Orient en est un exemple patent. Voilà pourquoi il nous faut une philosophie de la paix sans ambiguïté que nous puissions faire entendre et appliquer dans les zones de conflit.Tous les conflits ont une même origine : la différence, qu’elle soit d’ordre religieux, national ou racial. La réponse est de bien montrer que cette différence est un accident de la nature. Aucun de nous n’a choisi en naissant d’être de telle nationalité, de telle religion ou de tel peuple, voilà pourquoi la différence ne doit jamais être une source de haine et de conflit. Elle doit au contraire être une source de respect. Le respect de la différence est le véritable principe de la paix.Par ailleurs, il faut bien montrer que lorsqu’il y a conflit, ce sont les gens qui sont divisés et non les territoires. Sans ses habitants, un territoire, en Irlande ou au Moyen-Orient, n’est rien d’autre qu’une jungle. La violence n’a aucun rôle à jouer dans la résolution du problème. Au contraire, elle ne fait qu’accentuer les divisions et rendre le problème encore plus difficile à résoudre. La seule façon de résoudre un tel problème est de parvenir à un accord et l’unique moyen pour y parvenir, est celui du dialogue direct.À l’ordre du jour de ce dialogue, il faudrait évidemment inscrire les points de désaccord, et en discuter dans un climat de calme total en ayant pour objectif de parvenir à un accord. De plus, il doit être précisé au préalable que, lorsque qu’on sera parvenu à un accord, c’est aux populations de tous les camps qu’il appartiendra de prendre la décision finale. En d’autres termes, il faudra un référendum sur l’accord. Cette démarche renforcerait énormément le processus de paix et l’étayerait solidement. C’est en effet cette démarche qui a si bien réussi en Irlande du Nord.Les leaders dans les zones de conflit devraient, comme nous l’avons fait en Irlande du Nord, étudier les principes qui sont au coeur de l’Union européenne. L’Union européenne est le plus bel exemple de résolution de conflit de toute l’histoire du monde. La première moitié du siècle qui vient de s’achever a été la pire période de l’histoire du monde – deux guerres mondiales et plus de 100 millions de morts. Qui aurait pu prévoir que, sur les ruines de cette catastrophe, dans la seconde moitié de ce même siècle, ces mêmes populations se retrouveraient ensemble au sein d’une Europe unifiée ? Et pourtant, c’est ce qui s’est produit. Et les populations qui sont actuellement en conflit à travers le monde devraient analyser comment cela a été possible. Nous l’avons fait en Irlande du Nord, et les trois principes qui sont au coeur de l’accord du Vendredi Saint de 1998, qui pose les bases de la paix aujourd’hui, sont ces trois mêmes principes qui sont au coeur de l’Union européenne. Le premier principe est le respect absolu de la différence. Aucune des parties ne peut être victorieuse. Le deuxième principe est de bâtir des institutions respectueuses de cette différence. En Europe, nous avons un Conseil des Ministres, une Commission européenne et un Parlement européen, représentant chacun tous les pays. En Irlande du Nord, nous avons une assemblée élue au scrutin proportionnel, ainsi toute la population est intégralement représentée. De même, un pouvoir exécutif est élu par l’assemblée au scrutin proportionnel si bien que tous les partis sont représentés au sein du gouvernement.Le troisième principe, le plus important, est que les représentants des peuples d’Europe oeuvrent ensemble au service de leurs intérêts communs, essentiellement socio-économiques, en faisant couler leur sueur plutôt que leur sang. C’est ainsi que les barrières dressées par des siècles de méfiance ont été abattues. La nouvelle Europe est née et continue à grandir. Voilà ce qui est en train de se produire aujourd’hui en Irlande du Nord. Les représentants de tous les secteurs de notre peuple travaillent ensemble pour notre bien commun, là encore pour l’essentiel d’ordre socio-économique. Nous attendons avec impatience que s’écroulent les barrières dressées par des siècles de méfiance et que la nouvelle Irlande se mette en place dans l’entente et le respect de la différence.Ce que je veux tout simplement dire, c’est que les habitants des régions en conflit devraient étudier ces principes avec le plus grand soin. Nous espérons que d’autres pourront profiter de notre expérience et nous sommes prêts à apporter notre aide partout où elle pourrait être utile.* John Hume, dirigeant du principal parti nationaliste d’Irlande du Nord, le Social Democratic and Labour Party, a reçu le prix Nobel de la Paix conjointement avec David Trimble, leader du parti loyaliste, l’Ulster Unionist Party. Il est actuellement le Premier Ministre d’Irlande du Nord."L'Observateur de l'OCDE No. 231/232 Mai 2002


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016