PISA Les conséquences pour l'Allemagne

Les résultats de PISA 2000 (Programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves) sont alarmants. Un pays de l’envergure politique et économique de l’Allemagne, devrait être en tête de classement sur le plan de l’éducation, et ne peut se satisfaire d’un niveau moyen au sein de l’OCDE – et encore moins de se retrouver à un niveau inférieur.

Néanmoins, PISA ne doit pas nous inciter à reprendre le débat sur la réforme de notre système éducatif depuis ses prémices. Les carences mises en évidence par PISA étaient déjà connues. Des enquêtes antérieures nous avaient déjà révélé les faiblesses de notre système éducatif – et m’avaient amenée à lancer une nouvelle réforme de l’éducation.Dans cette perspective, j’ai organisé avec les Länder, il y a deux ans, une table ronde à laquelle étaient conviés les partenaires sociaux, les représentants des églises, des parents d'élèves, des élèves, ainsi que des spécialistes de l’éducation dans le cadre d’un « Forum Éducation ». Sans nous restreindre à nos domaines de compétences individuelles, nous avons discuté des changements nécessaires afin que nos enfants et nos jeunes reçoivent une éducation et une formation de meilleure qualité. Les 12 recommandations finales du « Forum Éducation » apportent d’ores et déjà un début de réponse aux problèmes soulevés par PISA2000. Dès lors, il convient de passer à l’acte!Le système éducatif allemand peut être amélioré dans un futur proche, comme le montre l’expérience de la Finlande, du Canada et de l’Australie ou du Japon, qui engrangent aujourd’hui les fruits de leurs réformes éducatives. Néanmoins, on ne peut se contenter seulement de les imiter. Il convient de tirer des leçons de ces bons exemples et de les intégrer dans le cadre de notre réforme.Une chose est certaine : le succès du système éducatif dépend de l’éducation qui a été donnée dès le départ. Par conséquent, nous devons concentrer nos efforts sur l’éducation de la petite enfance. À cet égard, le « Forum Éducation » a bien repéré le maillon faible de l’éducation en exigeant une définition claire de la mission d'éducation de nos écoles maternelles et de nos garderies. En effet, il importe que les écoles maternelles soient plus qu’un service de garderie pour les petits. Elles ont pour vocation de stimuler les capacités d’apprentissage et l’esprit de curiosité de nos enfants, afin de les préparer à l’école primaire. Les enfants dotés d’une expression orale limitée, ou ne s’exprimant pas convenablement en allemand, doivent recevoir une aide pour qu’ils puissent commencer l’école sur un pied d’égalité avec les autres enfants. De plus, il nous faut réévaluer et améliorer la formation initiale et continue de nos enseignants.Les lacunes en lecture et en calcul, révélées par PISA 2000, montrent sans ambiguïté la nécessité d’améliorer l’aide individuelle à l’ensemble des enfants. Il n’est pas contradictoire d’aider à la fois le plus grand nombre et les meilleurs. L’égalité des chances, tout autant que l’encouragement à l’excellence, doivent être mis au coeur de notre système éducatif. Dès lors, nous devons organiser l’enseignement dispensé dans nos écoles de telle manière que les enfants puissent apprendre les uns des autres. Ce système profite à la fois aux élèves les plus doués et à ceux qui ont du mal à apprendre.Nous devons aussi admettre qu’il faut du temps pour apprendre. Les enfants ont tout particulièrement besoin de temps pour dépasser l’apprentissage mécanique, et parvenir à assimiler et appliquer les règles plus activement. Dans cette optique, la mise en place d’écoles à temps plein – à l’échelle fédérale – est-elle si importante ? Les écoles susceptibles d’enseigner la journée entière nous permettront de combattre l’exclusion sociale, d'élever le niveau des compétences linguistiques et d’encourager les talents individuels. En outre, les écoles à temps plein – la norme dans d’autres pays depuis des décennies – contribuent de façon importante à concilier l’activité professionnelle et la vie familiale.Nos enseignants tiendront un rôle déterminant dans la mise en oeuvre de ces mesures. Les nouvelles tâches appellent des qualifications supplémentaires au-delà de leurs matières : la méthodologie et la didactique, une orientation pratique renforcée et une formation continue régulière sont nécessaires. En outre, la tâche difficile de nos enseignants mérite une plus grande reconnaissance sociale au regard de la difficile mission qu’ils accomplissent. Comme dans l’industrie, la bonne performance d’un enseignant doit être récompensée. Il nous appartiendra d’exploiter au mieux les possibilités existantes d’incitation à l’efficacité.Enfin et surtout, nous devons accorder une plus grande autonomie à nos écoles, les décharger des tracas bureaucratiques et les préparer à l’avenir en leur accordant une responsabilité accrue. PISA nous indique le chemin à suivre. La Finlande est arrivée à la première place dans l’enquête. Ses écoles ont été dotées de pouvoirs accrus tout en étant soumis en contrepartie à des contrôles qualitatifs réguliers. Un juste milieu entre autonomie et évaluation adéquate est le maître mot et la garantie d’un système éducatif performant.L’éducation de qualité a un prix. Il est évident que nous devons investir davantage dans l’éducation de nos enfants. Les moyens mis en oeuvre sont des investissements à long terme et nous devons les comptabiliser comme tels et non comme des coûts. À cet égard, le gouvernement fédéral a donné le bon exemple. Depuis 1998, nous avons augmenté le budget de l’éducation et de la recherche de 21,5 %, le portant à quelques 8,8 milliards d’euros, seuil qu'il n'avait jamais franchi auparavant.Les 12 recommandations du « Forum Éducation » sont entre nos mains et peuvent désormais être rapidement mises en oeuvre. Je me félicite que le gouvernement fédéral et les Länder aient décidé conjointement d’accompagner cette mise en oeuvre d’un suivi par des experts. Un premier bilan des progrès est prévu pour 2004.Cet article a été écrit avant la tragique fusillade d’Erfurt en Allemagne. L’Observateur de l’OCDE tient à exprimer sa profonde sympathie à la famille et aux amis des victimes


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016