Biotechnologie et développement

Courrier des lecteurs
OCDE Observateur
J’ai lu avec intérêt le Dossier spécial consacré à la biotechnologie dans L’Observateur n° 216. Les thèmes abordés reflètent les préoccupations exprimées aujourd’hui dans les pays Membres de l’OCDE. Toutefois, il est déconcertant –en particulier lorsque l’on connaît bien les travaux du Centre de développement sur la biotechnologie – de n’y trouver que de rares et courtes phrases faisant référence à des pays n’appartenant pas à la zone OCDE. Dans le contexte actuel de mondialisation et de développement durable, il est difficile de soutenir cette vision restrictive.
Si les technologies introduites dans les pays en développement pendant la révolution verte ont permis d’augmenter la production céréalière, elles ont aussi servi à y transférer les méthodes de production à forte consommation de produits agrochimiques qui prédominent dans les pays de l’OCDE.Ce modèle de production a été remis en cause. La biotechnologie offre la possibilité d’adopter des méthodes de production plus durables qui polluent moins les eaux et les sols. Dans le cas des pays en développement, elle devrait en outre permettre d’améliorer les ressources phytogénétiques et les plantes vivrières locales, et de créer des variétés résistantes à la sécheresse. Cela ne signifie pas que les pays en développement devront importer les mêmes produits alimentaires et variétés que ceux élaborés pour les pays de l’OCDE, et par adopter un modèle unique de production et de consommation. De plus, il n’est pas dit que les biotechnologies donneront des résultats aussi satisfaisants dans les conditions de production prévalant dans ces pays.Même si, à l’évidence, un transfert de technologies et de connaissances doit avoir lieu pour certains aspects, il est important que les innovations biotechnologiques se développent au sein même des pays en développement. Pour ce faire, il faudrait accroître et soutenir l’effort de recherche publique ainsi que de nouvelles formes de collaboration entre secteurs public et privé.Les technologies développées à l’époque de la révolution verte, qui étaient considérées comme des « biens d’intérêt public », avaient largement été financées par des dons philanthropiques et par la communauté internationale. A l’inverse, les biotechnologies agricoles sont menées depuis le départ par des intérêts privés. Les pays en développement engagés dans un processus de réformes ont la plupart du temps été obligés de réduire les dotations publiques à la recherche, tandis que l’aide publique au développement tend à diminuer. « Ce sont les pays en développement qui ont le plus grand besoin des nouvelles connaissances et techniques que promet d’apporter la biotechnologie », affirme Donald Johnston dans son éditorial. Mais quelle aide l’OCDE pourrait-elle leur apporter pour relever ce défi ?Carliene Brenner, France


Données économiques

PIB +0,43% T1 2017
Échanges exp +3,0% ; imp +4,0% T1 2017
Inflation annuelle 2,4% avril 2017
Chômage 6,008% mars 2017
Mise à jour: 22 juin 2017

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017