L’investissement direct étranger peut être un signe de faiblesse

Pour beaucoup de pays pauvres, l’investissement direct étranger (IDE) est essentiellement « une bonne réponse du marché à une mauvaise situation » plutôt qu’un signe de bonne santé de l’économie ciblée, comme le soutient une nouvelle publication du Centre de développement de l’OCDE.

Cela ne signifie pas que l’IDE soit néfaste mais plutôt que le fait de devoir y recourir peut traduire l’incapacité où se trouve une économie en difficulté de susciter la confiance qui permettrait aux entreprises locales d’emprunter à l’étranger. Dans de tels cas, l’encouragement de l’IDE pourrait être le seul moyen de se procurer des capitaux étrangers. La question essentielle est de savoir si un pays souffre de ce que les auteurs du rapport intitulé Investissement direct étranger et autres flux financiers vers l’Amérique latine appellent le « péché originel ». Il s’agit de l’incapacité où se trouvent les entreprises locales d’emprunter à long terme en monnaie nationale, ce qui les oblige à emprunter en monnaie internationale comme le dollar. Si les marchés émergents et les pays en développement ne sont pas en mesure de remédier aux déséquilibres de leur dette du point de vue des monnaies utilisées ou des échéances, ils sont « condamnés » à se procurer des liquidités par le biais de l’investissement direct étranger. Si l’investissement direct étranger s’est taillé la part du lion dans les flux financiers vers l’Amérique latine au cours des dernières années, cela s’explique surtout par le fait que les flux d’emprunts à l’étranger ont été pratiquement réduits à zéro, selon le rapport.


Données économiques

PIB +0,7% T2 2017
Échanges exp +1.4% ; imp +1.7% T1 2017
Inflation annuelle 2,2% août 2017
Chômage 5.8% août 2017
Mise à jour: 20 oct 2017

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017