Pour un savoir sans frontières

Nous vivons dans une économie fondée sur le savoir. Mais comment s’assurer que le monde entier en récolte les fruits et que ceux-ci sont répartis de façon équitable ?

De nos jours, l’information peut être collectée et diffusée à l’échelle mondiale. Cet état de fait offre d’innombrables opportunités, mais génère également un sentiment de peur et de frustration à la fois, chez ceux, nombreux, qui craignent d’être marginalisés. Peut-on vraiment parler d’une révolution des technologies de l’information (TI) ? Après la vague de faillites désastreuses dans le secteur point.com et la chute des cours de grandes valeurs technologiques, il est devenu évident que la technologie à elle seule n’est pas gage de succès économique. La véritable source de la compétitivité et le facteur clef de l’amélioration du bien-être de l’Homme résident dans le savoir. Mais comment peut-on définir et promouvoir le savoir nécessaire à la réussite dans l’économie mondialisée du XXI e siècle ? Il n’existe pas de réponse toute faite, mais une chose est sûre, la contrainte et l’interventionnisme ne sont pas la solution. Les responsables politiques et les entreprises doivent unir leurs forces pour promouvoir la création d’institutions et mettre en place des incitations à développer, diffuser et utiliser le savoir dans l’ensemble de la société. Comment les nations et les entreprises peuvent-elles recueillir les fruits de la révolution du savoir ? Quels sont les critères éthiques nécessaires à une économie fondée sur le savoir ? Comment déterminer les exemples à suivre parmi les entreprises s’appuyant sur le savoir et parmi les politiques mises en oeuvre ? Comment, dans un domaine donné, parvenir à réunir les meilleurs cerveaux du monde ? Voici quelques-unes des questions auxquelles tentera de répondre le Forum sur la connaissance du monde qui se déroulera en Corée au mois d’octobre. Le président exécutif de ce Forum, organisé pour la deuxième fois, Dae Whan Chang, également président de Maeil Business Newspaper & TV, premier fournisseur coréen d’informations commerciales, explique : « Nous voulons discuter sur ce que nous pouvons obtenir grâce au savoir. Des questions plus pragmatiques seront également à l’ordre du jour comme la création de valeur, le leadership ou encore l’apprentissage et la technologie ». Cette année le thème est le suivant : un plan de marche pour l’économie du savoir et la prospérité mondiale. La toute récente étude de l’OCDE, qui s’est attachée deux années durant aux effets des TI et des autres « nouveaux facteurs » sur la croissance économique, souligne l’importance du partage de la connaissance, l’un des thèmes clefs du Forum. L’OCDE est partenaire de cet événement et Donald Johnston, Secrétaire Général de l’OCDE, interviendra pour la deuxième année consécutive. D’autres personnalités apporteront également leur concours: Panichipakdi Supachai, le futur Directeur Général de l’OMC et Bruno Lamborghini, Secrétaire Général du Comité Consultatif Économique et Industriel auprès de l’OCDE. Le Forum rassemblera les acteurs clefs pour un débat sur la façon de tirer le meilleur parti des opportunités de notre temps tout en surmontant les obstacles qui les freinent et risquent d’en limiter les bénéfices aux plus favorisés. Le Forum avocation à inclure le plus grand nombre de participants, des représentants des petites entreprises et des pays pauvres, tout comme des grandes entreprises et du monde universitaire. Il cherche à offrir un cadre de travail innovant tout en privilégiant les questions essentielles à l’émergence d’un progrès constructif.


Données économiques

PIB +0.5% T3 2019
Échanges exp -0.7% ; imp -0.9% T3 2019
Inflation annuelle 2.1% décembre2019
Chômage 5.1% décembre 2019
Mise à jour: 18 février 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019