Les crédits à l’exportation devraient aider les plus pauvres

Le groupe de travail de l’OCDE sur les crédits à l’exportation a convenu en juillet que les crédits à l’exportation consentis aux pays les plus pauvres du monde devraient être utilisés pour les projets qui contribuent à réduire la pauvreté et à promouvoir le développement économique et social.

Ce groupe a adopté une déclaration de principes visant à décourager l’octroi de crédits à l’exportation bénéficiant d’un soutien public pour financer des dépenses « improductives » dans les pays pauvres très endettés (PPTE). Les ministres des pays de l’OCDE et du G8 avaient demandé l’adoption de mesures plus strictes pour veiller à ce que l’on n’accorde pas à ces pays des crédits à l’exportation destinés à financer des projets et des biens d’équipement non essentiels qui alourdissent la charge de la dette extérieure sans contribuer au développement économique ou social. La présidente suédoise du groupe de travail sur les crédits à l’exportation, Birgitta Nygren, a précisé que les PPTE « ne figurent pas, à l’heure actuelle, parmi les principaux destinataires des crédits à l’exportation, mais que ces crédits bénéficiant d’un soutien public ont contribué par le passé à leur endettement ». Elle a ajouté : « Nous ne voulons pas que cela se reproduise une fois leur dette effacée et leur solvabilité rétablie grâce à l’Initiative en faveur des PPTE ». Cette initiative est un projet conjoint du FMI et de la Banque Mondiale destiné à alléger la dette des pays les plus pauvres du monde. Les membres du groupe de travail sur les crédits à l’exportation devront signaler ces crédits à l’exportation consentis aux PPTE et en effectuer un contrôle annuel. Participent à ce groupe de travail tous les pays de l’OCDE sauf l’Islande et la République slovaque.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016