En bref - mars 2010

Maintenir la croissance ; La Chine donne le rythme ; Verbatim ; Une Grèce plus verte ;  Économie; Aide déficitaire ; Le nouveau Président du Chili ; Surveillance fiscale ; Best of

Maintenir la croissance 
La Chine donne le rythme
Verbatim
 
Une Grèce plus verte 
Économie 
Aide déficitaire 
Le nouveau Président du Chili 
Surveillance fiscale
Best of


Maintenir la croissance

Il est temps de passer des mesures de gestion de crise à des actions destinées à renforcer l’avenir des économies, en visant des secteurs clés comme l’emploi, la concurrence et la fiscalité. Les gouvernements ont déjà commencé à supprimer certaines mesures d’urgence prises pour éviter un effondrement de l’économie mondiale, comme l’indique Objectif croissance. Mais ils doivent désormais s’assurer que les mesures maintenues peuvent résorber les conséquences de la crise et augmenter la croissance et le niveau de vie à long terme.

Objectif croissance affirme que les règles bancaires prudentielles peuvent être renforcées sans affaiblir la concurrence. Selon ce rapport, les gouvernements ne doivent pas accepter de versions allégées des propositions de réformes financières actuelles. Le chômage va persister, à des niveaux plus élevés qu’avant la crise, et les investissements deviendront plus risqués à mesure que le coût des capitaux augmentera, réduisant la production potentielle des économies de l’OCDE à moyen terme. Le rapport estime une perte permanente d’environ 3 % du PIB en moyenne sur l’ensemble de ces pays. Voir l’article page 7.


La Chine donne le rythme

D’après les dernières Études économiques de l’OCDE : Chine 2010, la Chine, deuxième économie du monde, est en tête du mouvement de reprise. Cela s’explique en partie par des mesures de relance massives du gouvernement. La Chine pourrait bien devenir le premier producteur mondial de biens manufacturés dans les cinq à sept années à venir, devant les États-Unis.

Le rapport recommande que la Chine augmente ses dépenses de réformes sociales, y compris pour regrouper l’assistance sociale, les retraites et le système de santé. Il conseille également une plus grande transparence bancaire et financière, et une relance de la compétitivité et de la productivité en réduisant les formalités administratives. Il suggère aussi de desserrer les liens entre entreprises publiques et administrations, ainsi que de faciliter l’investissement direct étranger dans les services.

La hausse des dépenses de la Chine reflète des finances publiques solides. La dette brute du gouvernement ne représentait que 21 % du PIB en 2008. Les mesures de relance ne devraient augmenter cette proportion que de 3 % du PIB en 2010. La dette publique brute des pays de l’OCDE devrait quant à elle approcher cette année la valeur de leur PIB total combiné, et pourrait dépasser ce montant en 2011.


Réformes économiques 2010 : objectif croissance, à paraitre, voir www.oecd.org/librairie, ISBN 978-92-64-07998-4

Études économiques de l’OCDE : Chine 2010, à paraitre, voir www.oecd.org/librairie, ISBN 978-92-64-07669-3


Verbatim

Évasion fiscale

     « …avec l’aide de l’OCDE, nous avons fait en sorte que ceux qui tentent d’échapper au fisc puissent de moins en moins facilement se cacher. »

Stephen Timms, le Secrétaire financier au Trésor du Royaume-Uni, au sujet des propositions pour intensifier les représailles contre l’évasion fiscale, afin de mieux aider les pays en développement, cité dans le Wall Street Journal, 26 janvier 2010.

…inquiétudes européennes…

« L’UE est désormais en grande partie figée dans sa configuration actuelle. »

George Soros, à propos de l’avenir de l’euro, Financial Times, 22 février 2010.

…et avarice

« Cela me dégoûte de ce secteur. »

Un haut fonctionnaire de Wall Street à propos du rapport accablant de 2200 pages, paru à la mi-mars, détaillant la chute de la puissante banque Lehman Brothers, cité dans le Financial Times, 13 mars 2010.


Une Grèce plus verte

D’après le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría, la protection de l’environnement devrait figurer au programme du gouvernement grec pour surmonter sa crise économique et financière. À l’occasion de la sortie des Examens environnementaux de l’OCDE : Grèce 2009, M. Gurría a rappelé que « les politiques environnementales et la croissance économique peuvent se renforcer mutuellement et créer de nouveaux emplois tout en promouvant des technologies plus propres. » Les recettes de la fiscalité verte représentent aujourd’hui environ 2 % du PIB de la Grèce, moins que beaucoup d’autres pays européens, et la part des recettes fiscales dans le prix des carburants est la plus basse parmi les pays européens de l’OCDE.


(Yannis Behrakis/Reuters)

L’étude recommande que les producteurs et utilisateurs de produits polluants paient pour leur élimination et pour d’autres coûts environnementaux. Elle recommande également de supprimer les subventions et exemptions fiscales pour les activités nocives à l’environnement, ainsi que les subventions pour l’irrigation qui encouragent le gaspillage de l’eau, ou encore les exemptions fiscales pour l’énergie produite grâce au charbon. Comme le secteur du tourisme, crucial en Grèce, dépend de la beauté de ses paysages et de la propreté de ses plages, l’étude l’incite également à mieux appliquer ses règlementations sur l’environnement et l’utilisation des sols.


Voir www.oecd.org/environnement et www.oecd.org/grece  


Économie

Le PIB corrigé des variations saisonnières de la zone OCDE a progressé de 0,8 % au quatrième trimestre 2009. Le PIB réel a crû fortement aux États-Unis et au Japon, de 1,4 % et 1,1 % respectivement. La croissance du PIB en France a été relativement forte, à 0,6 %, mais le PIB allemand est resté inchangé par rapport au trimestre précédent, et en Italie, le PIB a reculé de 0,2 %. Le PIB du Royaume- Uni a enregistré une croissance de 0,1 % au quatrième trimestre, après six trimestres consécutifs de contraction.

Entretemps, l’activité économique des pays du G7 amorce une amélioration, d’après les derniers indicateurs avancés, qui comprennent les carnets de commande, les permis de construire et les taux d’intérêt à long terme. Les indicateurs de la zone OCDE ont augmenté de 0,8 points en janvier, 11,3 points de plus qu’en janvier 2009. Cette augmentation est répartie de manière homogène entre les États-Unis, qui ont enregistré une augmentation de 11 points par rapport à l’année dernière, la zone euro, avec une augmentation de 12,5 points, et le Japon, avec une augmentation de 10,7 points.



La hausse annuelle de 10,6 % des prix de l’énergie en janvier 2010 a poussé l’inflation dans la zone OCDE à 2,1 %, comparé à 1,9 % en décembre 2009. Les prix de l’énergie ont augmenté de 19,1 % aux États-Unis. Les prix alimentaires dans la zone OCDE ont baissé en rythme annuel de 0,7 % en janvier 2010, après avoir diminué de 1 % en décembre.

Le taux de chômage dans la zone OCDE a légèrement baissé à 8,7 % en janvier 2010, reflétant les baisses de 0,3 points aux États- Unis et au Japon. Les derniers chiffres pour les États-Unis montrent que le taux de chômage est resté stable à 9,7 % en février, alors qu’il a crû en France et en Italie. Pour tous les pays de l’OCDE, les taux sont demeurés plus élevés que ceux de l’année précédente, variant de +0,3 points en Australie à +4,4 points en Irlande.


Aide déficitaire

L’aide aux pays en développement pour 2010 va atteindre des niveaux record, après avoir augmenté de 35 % depuis 2004. Elle sera néanmoins toujours inférieure à celle promise par les principaux donneurs de la planète, il y a cinq ans, à l’occasion des sommets de Gleneagles et du Millénaire +5, avec un déficit estimé à environ 21 milliards de dollars. L’Afrique, en particulier, ne recevra probablement que 12 milliards sur les 25 milliards de dollars supplémentaires prévus à Gleneagles.

En 2005, les 15 pays à la fois membres de l’UE et du comité d’Aide au développement de l’OCDE (CAD) se sont engagés à atteindre un objectif minimal d’aide publique au développement (APD) par pays de 0,51 % de leur revenu national brut. Certains vont dépasser cet objectif, notamment la Suède et le Luxembourg (atteignant tous deux 1 % ou plus de leur RNB), le Danemark, les Pays- Bas, le Royaume-Uni, la Finlande, l’Irlande et l’Espagne. La France, l’Allemagne et l’Italie n’atteindront pas cet objectif. Entretemps, les États-Unis se sont engagés à doubler leur aide à l’Afrique sub-saharienne entre 2004 et 2010. Le Canada a envisagé de doubler le montant de son enveloppe 2001 pour l’aide internationale d’ici à 2010 en valeur nominale. L’Australie et la Nouvelle-Zélande visaient également un niveau d’APD supérieur. Ces quatre pays semblent être sur la bonne voie pour atteindre ces objectifs. En 2008, il manquait au Japon 4 milliards de dollars pour atteindre les 10 milliards de dollars supplémentaires prévus entre 2005 et 2009.

Globalement, ces chiffres aboutissent à une aide supplémentaire de 27 milliards de dollars entre 2004 et 2010, mais toujours inférieure de 21 milliards de dollars aux promesses des donneurs.


Pour plus d’informations, voir www.oecd.org/developpement 


Le nouveau Président du Chili

Sebastián Piñera est devenu Président du Chili le 11 mars. Le Chili deviendra le 31ème membre de l’OCDE et le premier en Amérique du Sud, selon un accord d’adhésion signé le 11 janvier à Santiago par le Secrétaire général Angel Gurría et le ministre des Finances chilien Andrés Velasco, en présence de la présidente sortante Michelle Bachelet (voir www.oecd.org/chili). M. Gurría a transmis ses félicitations au nouveau président et l’a assuré du soutien de l’OCDE, tant pour les efforts de reconstruction après le récent séisme au Chili que pour les défis politiques à plus long terme.




Surveillance fiscale

La Principauté d’Andorre et les Bahamas ont récemment signé des accords d’échange d’informations fiscales avec le Danemark, les Îles Féroé, la Finlande, le Groenland, l’Islande, la Norvège et la Suède. Cela amène à 17 et 18, respectivement, leur nombre total d’accords en conformité avec la norme fiscale mondialement reconnue. Andorre et les Bahamas sont les 21ème et 22ème juridictions considérées comme appliquant cette norme de manière significative depuis avril 2009, lorsqu’un premier rapport sur le progrès de son application a été réalisé.


Best of

« Malgré (…) l’augmentation sensible de la production alimentaire et la régression notable de la malnutrition, (…) l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que plus de 800 millions de personnes dans les pays en développement sont toujours sous-alimentées. De fait, la FAO craint que, en l’absence de mesures concrètes, le problème de la sécurité alimentaire non seulement persiste mais s’aggrave. »

« Assurer la sécurité alimentaire globale », n° 203, décembre 1996-janvier 1997



©L'Observateur de l'OCDE N° 278 mars 2010




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016