Gouvernance et investissement, enjeux majeurs du développement

Le monde traverse une passe difficile. Malgré des signes de reprise économique, la confiance reste fragile.

De la crise économique et sociale au changement climatique, en passant par les catastrophes naturelles et les conflits, rares ont été les périodes aussi éprouvantes au cours de l'histoire moderne. La crise nous a enseigné de nombreuses leçons, sur nos politiques, nos pratiques et nos modes de vie. Mais s'il fallait n'en retenir qu'une, ce serait l'importance de la coopération internationale pour surmonter les difficultés.
 
Avant même que la crise n'éclate, la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) connaissait des difficultés, mais la croissance et l'investissement ayant été durement touchés par la récession mondiale, il y a désormais urgence : la croissance démographique de la région MENA ces dix prochaines années rendra nécessaire la création de millions de nouveaux emploi. Les taux de croissance annuels,  à 6 % en moyenne lors des années précédentes,  devant avoisiner les 2-3 % cette année, et les flux d'investissement direct étranger (IDE) vers certaines parties de la région allant diminuer d'environ 30 %, les gouvernements doivent améliorer l'efficience de leurs fonctions publiques et attirer l'investissement des entreprises nationales, régionales et internationales.

L'une des causes profondes des difficultés que rencontrent les pays de la région MENA tient aux processus administratifs et de gouvernance, que les autorités doivent modifier pour libérer le potentiel de leurs économies, tout en développant l'éducation et les entreprises. Toutefois, si une crise peut être propice aux réformes, elle peut aussi nourrir les réticences au changement. L'Initiative OCDE-MENA sur la gouvernance et l'investissement à l'appui du développement vise à soutenir les gouvernements désireux de réformer en diffusant les meilleures pratiques de la région et d'ailleurs.

Le principe est simple : une gouvernance renforcée et améliorée, conjuguée à un environnement propice à l'entrepreneuriat, caractérisé notamment par un système éducatif et des infrastructures solides, attirera les investissements dans la région et améliorera ses perspectives globales de développement. Mais concrétiser le principe n'est pas chose aisée, et c'est là que l'OCDE a un rôle essentiel à jouer. Nous avons des trésors d'expérience à partager dans tous les principaux domaines d'action, de la gouvernance publique au gouvernement d'entreprise, en passant par les compétences professionnelles  et les questions d'égalité entre hommes et femmes, les dépenses d'investissement, l'administration fiscale ou encore les politiques relatives aux petites et moyennes entreprises. Nous sommes honorés de mettre ces connaissances à la disposition des pays de la région MENA.

Nous nous sommes attachés avant tout à améliorer la gouvernance et à renforcer les politiques d'investissement, conditions nécessaires pour libérer le potentiel de développement considérable de la région MENA. Programme axé sur les résultats, l'Initiative OCDE-MENA contribue à la diffuser le savoir-faire en matière de meilleures pratiques, ainsi queles leçons tirées des réformes antérieures. Nous mobilisons des outils éprouvés de l'OCDE, tels que l'examen par les pairs et le dialogue avec la société civile, et promouvons des solutions innovantes adaptées aux circonstances. Notre travail de collaboration commence à porter ses fruits. Prenons la corruption, dont les répercussions sur l'investissement dans la région MENA ont nui au développement. Grâce à l'OCDE, entre autres, plusieurs pays ont commencé à assainir leurs pratiques en matière de marchés publics et créent des structures juridiques pour combattre la corruption d'agents publics.

Dans le cadre de l'Initiative pour la bonne gouvernance à l'appui du développement, la région MENA et l'OCDE collaborent en vue d'améliorer les performances de la fonction publique et la fourniture des services publics dans la région, ainsi que de favoriser les progrès de l'administration électronique, des partenariats public-privé, de l'application des lois ou encore des relations avec la société civile. Ces efforts ont ainsi permis la diffusion des technologies de l'information et de la communication (TIC) au sein des administrations, par exemple, et des politiques du personnel plus efficaces, y compris quant à l'accès des femmes aux postes décisionnels dans la fonction publique.

Par ailleurs, le Programme pour l'investissement contribue aux progrès de domaines tels que les règles d'investissement, la fiscalité, les aides aux PME, le gouvernement d'entreprise, la diversification sectorielle, les échanges, les qualifications, et l'adoption de comportements responsables par les entreprises. Certains de ces travaux portent sur des questions techniques, comme l'aide  à la rédaction des codes de gouvernement d'entreprise et la formation des fonctionnaires sur les conventions relatives à la double imposition. Ce programme a également  permis  la création de lignes directrices régionales relatives aux zones franches économiques, et les Principes de l'OCDE pour la participation du secteur privé aux infrastructures ont été adaptés à la région MENA. De plus, conjugué à l'Initiative pour la bonne gouvernance, le Programme pour l'investissement offre un forum propice au renforcement des contacts entre les gouvernants et les autres parties prenantes.

Les politiques relatives à la gouvernance et à l'investissement seront au cœur de la conférence ministérielle MENA-OCDE qui se déroulera à Marrakech, au Maroc, le 23 novembre, sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et sous la direction du Premier ministre Abbas El Fassi. Cette réunion ministérielle sera précédée le 22 novembre de deux importants forums sur la gouvernance et les entreprises, ainsi que d'un Sommet des femmes chefs d'entreprise.

Au cours de l'histoire, les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient ont souvent été à l'avant-garde de la civilisation sur les plans économique et technologique. Aujourd'hui, ils se trouvent à un carrefour de leur développement. En s'appuyant sur une coopération forte conjuguée à de bonnes politiques menées avec détermination, la région MENA a toutes les chances de jouer un rôle de plus en plus moteur dans l'émergence d'une économie mondiale plus forte, plus saine et plus juste pour tous. 

www.oecd.org/secretairegeneral 
www.oecd.org/angelgurria

©L'Observateur de l'OCDE n° 275, novembre 2009




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016