Abbas El Fassi Gouvernement du Maroc

Des partenaires responsables et engagés

Cette approche et cette gouvernance participatives sont au cœur des politiques publiques menées par notre pays

La crise internationale a réitéré l'impératif de réformes et d'efforts à mener pour construire des économies modernes à même d'attirer les investissements internationaux et de créer les ressources nécessaires à un développement économique et social soutenu et durable.

Dans la conjoncture actuelle où l'on note des prémices de reprise qui appellent à l'optimisme, les pays de la région MENA sont particulièrement conscients des défis communs à relever basés sur le renforcement des principes de la bonne gouvernance et de la liberté économique, de l'ancrage de l'État de droit et de la démocratie, de la répartition équitable des richesses et du respect des contraintes environnementales.

Autant de défis qui nous poussent à renforcer notre processus d'intégration régionale auquel nous croyons fortement, à l'instar de l'accord d'Agadir qui unit quatre pays méditerranéens (Jordanie, Égypte, Tunisie et Maroc) dans une grande zone de libre-échange de près de 120 millions d'habitants, ou encore la Déclaration de Koweït qui appelle à la promotion des investissements interarabes. Nous sommes convaincus que l'intégration régionale constitue le support indispensable au développement de nos économies. 

Cette volonté d'intensifier la coopération entre nos pays et d'en élargir les champs d'action n'occulte nullement l'importance de renforcer la coopération entretenue avec les pays de l'OCDE à travers des partenariats fructueux et pluridimensionnels afin de mener une action collective coordonnée et d'apporter des réponses efficaces aux enjeux décisifs qui nous interpellent. La région MENA est aujourd'hui un acteur incontournable de la scène internationale et occupe une nouvelle place de choix sur l'échiquier mondial. Elle possède les atouts nécessaires pour s'acquitter de son rôle en tant que partenaire responsable et engagé ayant à cœur d'apporter sa contribution positive au cadre international de concertation et d'action.

Le Royaume du Maroc s'est engagé, sous l'impulsion de Sa Majesté Le Roi Mohamed VI, à tout mettre en œuvre pour réussir le pari de l'ouverture et de l'intégration à l'économie régionale et mondiale à travers l'accélération d'une nouvelle génération de réformes structurelles dans des secteurs prioritaires tels que l'agriculture, la gestion des ressources hydriques, l'économie numérique, la santé, la formation du capital humain ou encore les énergies renouvelables avec le lancement récent d'un ambitieux plan solaire. L'engagement du Maroc dans le Statut avancé avec l'Union européenne est par ailleurs un exemple concret de cette convergence de valeurs et de rapprochement économique, culturel et politique.

Ces efforts resteront toutefois insuffisants s'ils ne sont accompagnés et dynamisés par la contribution effective des opérateurs économiques privés, qui sont appelés à s'impliquer davantage dans la programmation et la réalisation des actions de développement retenues et à trouver les synergies utiles avec les acteurs publics et ceux de la société civile afin de passer à un nouveau palier de croissance économique à même d'améliorer le niveau de vie des citoyens. Cette mobilisation active passe également par le développement du potentiel des femmes en encourageant sa participation dans la vie économique et sociale. Cette approche et cette gouvernance participatives sont au cœur des politiques publiques menées par notre pays.

L'Initiative MENA-OCDE pour la gouvernance et l'Investissement est à ce titre un exemple réussi de concertation et d'intégration régionale autour de principes et d'objectifs économiques et sociaux partagés. Le Maroc apprécie à sa juste valeur le nouveau rôle qu'il aura à jouer dans le cadre de cette initiative qui constitue un espace de dialogue, de débats et d'échanges constructifs dans un objectif de développement économique, de création de richesses et de bien-être des citoyens.

Consulter www.pm.gov.ma

©L'Observateur de l'OCDE n° 275, novembre 2009




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016