Réforme de l’agriculture

OCDE Observateur

L’accord sur l’agriculture conclu lors du cycle d’Uruguay (AACU) n’a eu qu’un impact limité sur le commerce mondial des produits agricoles: les droits consolidés sur les produits agricoles dépassent en moyenne 40 %, contre 4 % sur les produits manufacturés, et le taux sur certains produits agricoles excéde les 500 %.

Ce sont les conclusions d’une série de sept rapports de l’OCDE, qui examinent aussi pourquoi les résultats ont été si modestes et qui suggèrent que des réformes plus poussées sont nécessaires dans certains domaines.Les rapports ont été présentés à Genève, où des nouvelles négociations sur les échanges agricoles sont actuellement engagées à l’OMC.« Le principal défi que doivent relever les membres de l’OMC pour atténuer les distorsions des échanges est de bâtir sur les fondations de l’AACU, » dit le rapport qui évalue la mise en oeuvre de l’AACU dans les pays de l’OCDE. De même que pour la mise en oeuvre, les rapports couvrent les problèmes des économies en transition, les crédits à l’exportation et les subventions à l’importation, et le rôle des échanges dans les entreprises d’Etat avec leurs conséquences sur l’agriculture et l’environnement. Alors que l’AACU était un grand pas en avant car pour la première fois l’agriculture a été prise en compte dans un accord mondial sur les échanges, son impact a été « plutôt modeste » selon Gérard Viatte, chef de la direction de l’Agriculture de l’OCDE. « Nous sommes toujours confrontés à un protectionisme fort de la part des pays de l’OCDE ». Quand il s’agit de subventions nationales pour les agriculteurs, trois zones de l’OCDE sont les principaux responsables: l’Union Européenne, les États-Unis et le Japon comptent à eux seuls pour 90% du total.


Données économiques

PIB +0,7% T2 2017
Échanges exp +1.4% ; imp +1.7% T1 2017
Inflation annuelle 2,3% septembre 2017
Chômage 5.7% septembre 2017
Mise à jour: 14 nov 2017

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017