Santé polonaise : secteur au bout de souffle

L’économie polonaise semble bien se porter, mais qu’en est-il de son système de santé ?
La mise en place d’un système de soins de santé efficace, équitable, accessible et attentif aux coûts est une tâche difficile pour tout pays, et plus encore pour ceux en transition. La Pologne s’efforce depuis plus d’une décennie de mettre en œuvre une réforme des soins de santé, et même si les progrès ont été lents et partiels, quelques changements importants ont été apportés ces dernières années. Pour que ces actions se révèlent efficaces, il faudrait qu’évoluent mentalités et habitudes, non seulement chez les praticiens mais aussi dans le public, et cela demande du temps.
Le système de santé que la Pologne a hérité en 1990 de l’ère du bloc soviétique offrait une couverture universelle et prévoyait un programme complet de prestations assurées par des établissements appartenant à l’Etat et gérés par celui-ci. Mais le système était excessivement centralisé, trop spécialisé et onéreux. Il était également mal géré. Des inégalités régionales sont apparues, en même temps que se restreignaient des ressources, par ailleurs mal affectées, et que se développait la pratique des dessous de table versés aux prestataires publics de soins. De plus en plus, les patients ont jugé la qualité des soins médiocre et le mécontentement de l’opinion est allé croissant.Plusieurs modifications ont été introduites au début des années 90, concernant surtout l’importance des soins primaires, et, le 1er janvier 1999, est entré en vigueur un nouveau régime général d’assurance-maladie obligatoire. Cette toute dernière initiative, qui se développe par l’intermédiaire des caisses régionales, dissocie les fonctions d’acheteur et de prestataire et souligne le rôle des médecins de famille, devrait donner une forte impulsion au processus de réforme, en dépit des difficultés financières initiales. Elle marque une conversion radicale à un système décentralisé fondé sur l’assurance. En outre, une loi globale sur les soins de santé est à l’étude; elle devrait résoudre quelques-uns des problèmes du nouveau régime, notamment son manque de clarté et de transparence. A Cracovie et dans d’autres régions polonaises, les expériences en cours de médecine familiale contribuent largement à améliorer l’image des généralistes et encouragent les patients à s’adresser à eux pour être orientés au sein du système de santé. Cependant, les efforts de réforme se résument jusqu’ici à des projets régionaux isolés et sans guère d’incidence sur le plan pris dans son ensemble. Pour atteindre l’objectif officiel de 50 pour cent de spécialistes et 50 pour cent de généralistes, il convient de développer le réseau de médecins de famille. Il faudra aussi accroître les capacités de formation à l’intention des praticiens confirmés mais aussi des jeunes médecins.


Données économiques

PIB +0.5% T3 2019
Échanges exp -0.7% ; imp -0.9% T3 2019
Inflation annuelle 2.1% décembre2019
Chômage 5.1% décembre 2019
Mise à jour: 18 février 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019