Le défi des retraites

Le financement des retraites était l’un des thèmes d’une nouvelle série de débats publics en ligne, « Questionnez les économistes ». En avril dernier, des experts ont répondu à une douzaine de questions posées par des internautes du Canada, de France, d’Allemagne, de Corée, du Royaume-Uni, des États-Unis et même de la Banque mondiale. Voici quelques extraits.

Q. Actuellement, dans la plupart des pays, l’imposition sur le revenu est très faible sur les retraites et, comme il est politiquement très risqué de diminuer les pensions, le passage à l’imposition sur la consommation est un moyen dérobé de réduire la générosité des pensions. Cette interprétation est-elle plausible et avez-vous, en tant qu’économistes de l’OCDE, un avis bien établi sur les questions d’efficience et d’équité que pose ce changement et sur son impact intergénérationnel ?Patrick Broullard, FranceR. Le passage à l’impôt sur la consommation est un phénomène mondial, qui ne se limite pas à l’Europe. (…) L’épargne constitue un moyen de consommation pour l’avenir, et les impôts sur la consommation seront payés dans l’avenir, lorsque l’argent épargné sera dépensé. Le passage à l’impôt sur la consommation peut donc alourdir la charge fiscale pesant sur les retraités, mais une fois la réforme opérée, ils auront payé moins d’impôts sur le revenu lorsqu’ils travaillaient.Dans beaucoup de pays, il est vrai, les personnes âgées bénéficient d’allégements fiscaux qui font que la charge effective de l’impôt sur le revenu payé sur les pensions est faible. Il est cependant difficile de justifier le fait qu’un retraité ayant le même revenu qu’un actif paie moins d’impôts. (…) Dans les 16 pays de l’OCDE qui ont mis en œuvre d’importantes réformes dans ce domaine depuis 1990, les prestations pour un travailleur entrant dans la vie active aujourd’hui sont, en moyenne, inférieures de 25 % à ce qu’elles auraient été en l’absence de réforme. Cela amoindrit l’effet, sur les retraités, du passage de l’impôt sur le revenu à l’impôt sur la consommation.Q. Les individus comprennent-ils la nécessité d’épargner en vue de la retraite et savent-ils quelle est la meilleure façon de le faire ?Ingeborg Scheven, AllemagneR. Les enquêtes menées dans les pays de l’OCDE et dans le monde entier font régulièrement apparaître des niveaux extrêmement bas de connaissances financières en général et de compréhension de la nécessité et de l’importance de l’épargne-retraite en particulier. Les enquêtes réalisées aux États-Unis, par exemple, montrent que quatre travailleurs sur dix n’épargnent pas du tout en vue de la retraite, tandis qu’un rapport établi en Nouvelle-Zélande indique que beaucoup de gens ne sont ni « disposés » ni « en mesure » d’épargner suffisamment pour la retraite, environ 30 % des ménages dépensant plus qu’ils ne gagnent. Au Japon, 71 % des personnes ayant répondu au questionnaire ne savaient rien des placements en actions et en obligations et, au Canada, il a été répondu qu’il était plus pénible de choisir un plan d’épargne-retraite que d’aller chez le dentiste !Même s’il est difficile de mesurer l’impact de l’éducation financière, des programmes de sensibilisation peuvent aider à mieux faire comprendre l’évolution des conditions de fonctionnement des régimes de pensions, la nécessité d’épargner et les formules de placement. En Allemagne, par exemple, on a observé que l’information sur les droits à pensions contribue largement à une meilleure préparation de la retraite. (…) Q. Quel est le pays qui a le meilleur système de pensions ?Andrew Clark, Royaume-UniR. C’est une question difficile. Il y a beaucoup d’éléments des systèmes de pensions des pays de l’OCDE qui fonctionnent bien et qui peuvent être considérés comme « meilleure pratique ». Il n’y a cependant pas de modèle unique qui puisse ou doive être appliqué dans tous les pays. Les régimes de pensions des pays de l’OCDE se sont développés petit à petit et ont été façonnés en fonction de l’économie, des valeurs sociétales et des normes culturelles de chaque pays. Ce qui fonctionne bien en Suisse ou en Suède ne sera pas forcément la meilleure solution pour le Mexique ou le Japon.Il faut aussi préciser les critères que l’on utilise pour évaluer le meilleur système. Est-ce le système qui offre les taux de remplacement les plus élevés ? À cet égard, les systèmes de pensions liées aux gains qui existent en Grèce et au Luxembourg seraient les meilleurs, mais du point de vue de la viabilité financière, ils seraient beaucoup moins bien classés. Ou est-ce le système qui est le plus ciblé sur les pauvres ?Selon ce critère, les systèmes de pension universelle à taux uniforme de l’Irlande et de la Nouvelle-Zélande ou la pension de base du Royaume-Uni seraient les meilleurs. On pourrait prendre comme autre critère la diversification des sources de pensions. Sur ce plan, le meilleur système serait celui de la Suède puisque, dans ce pays, les retraités reçoivent des prestations de cinq composantes différentes : programmes par capitalisation et par répartition, à prestations définies et à cotisations définies, public et privé. Si l’on veut avoir le meilleur système au monde, il faut déterminer les divers objectifs du régime de pensions (…). L’OCDE tente d’y contribuer par ses travaux sur les régimes de pensions publics et privés.Le texte complet de « Le défi des pensions – Comment financer les retraites ? » et des précédents « Questionnez les économistes » est disponible sur www.oecd.org/questionnezleseconomistes.©L’Observateur de l’OCDE Nº 261 Mai 2007


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017