Innovation : Tout n’est pas rose

Forum de l'OCDE 2007 - Comme l’a montré le 8ème Forum annuel de l’OCDE en mai, tout le monde s’accorde sur l’importance de l’innovation, mais pas pour les mêmes raisons.

L’innovation est la clé d’un bien-être économique infini ! L’innovation est la seule réponse appropriée à la mondialisation actuelle ! Nous voulons tous plus d’innovation ! Voici certains échos des interventions de représentants de gouvernements et d’entreprises lors du dernier Forum de l’OCDE, qui soulignaient le rôle crucial de l’innovation dans la compétitivité, la productivité et le progrès national.

Certes, l’innovation a été en grande partie à l’origine de la hausse du niveau de vie depuis la Révolution industrielle. Et, pour rester compétitif face à la Chine et à l’Inde, les pays de l’OCDE comprennent qu’ils doivent remonter la chaîne de valeur, dans un processus constant d’ajustement et d’innovation.Un développement mondial plus équitable est également possible grâce à l’innovation, selon de nombreux intervenants. Aux Philippines, par exemple, le temps d’attente moyen pour une ligne de téléphone fixe était de 14 ans dans les années 80. De nos jours, tout le monde peut acheter un téléphone mobile, et Manille est devenue la capitale mondiale du texto. Selon des estimations, les Philippins envoient 500 milliards de SMS par an.Les avancées des technologies de l’information ont permis le succès de pays comme l’Inde, tandis que les services bancaires par Internet ou téléphone portable ont ouvert un accès plus large au crédit.De nombreux pays de l’OCDE se plaignent des difficultés à stimuler l’innovation. En fin de compte, pour que le miracle s’accomplisse, il faut un cocktail de politiques dans des domaines comme l’enseignement de haute qualité, l’investissement dans les sciences et la technologie, et un environnement favorable à l’innovation fondé sur de forts droits de propriété intellectuelle, des marchés ouverts et compétitifs, et des marchés financiers qui soutiennent la prise de risque. L’OCDE lance actuellement une Stratégie pour l’innovation afin d’aider les gouvernements à travers le monde à gagner cette bataille, a-t-on appris au Forum.Alors, l’innovation fait-elle voir la vie en rose ? De nombreux participants au Forum, issus de la société civile et de syndicats, ne semblaient pas convaincus. Par exemple, l’innovation est actuellement une source majeure de perturbations économiques et sociales. Le rapide progrès technologique, davantage que la mondialisation en soi, est le moteur du changement structurel. Les travailleurs disent être toujours mal armés pour s’adapter, et les gouvernements devraient faire davantage pour renforcer leur mobilité, développer leurs compétences et soutenir leurs revenus.Une autre de leurs préoccupations concernait l’innovation sur les marchés financiers, notamment l’essor des fonds spéculatifs et des fonds privés d’investissement. Quels qu’en soient les avantages moins visibles, ceux-ci ont l’image d’avaler des sociétés et de licencier des employés dans une recherche de profits à court terme. Et l’innovation financière a également mené à des mouvements illimités de capitaux à travers le monde et à une hausse de la criminalité internationale (blanchiment d’argent, corruption, évasion fiscale).Même les droits de propriété intellectuelle sont considérés avec un certain scepticisme, car ils favorisent les bénéfices des grandes entreprises et restreignent l’accès aux nouveaux produits, dont des médicaments importants. De plus, les systèmes de protection des DPI ne sont pas efficaces dans la lutte contre la contrefaçon et le piratage, bien que la santé et la sécurité de nombreuses personnes souffrent des effets des produits contrefaits. La Chine et la Russie sont identifiées comme les principaux contrefacteurs, mais la présence insistante de produits imités sur les marchés occidentaux, de Canal Street à New York aux Puces de Paris, prouve que l’implication de tous est ici nécessaire.Lors de leur réunion annuelle après le Forum, les ministres de l’OCDE ont été très sensibles à ces problèmes. Ils ont souligné l’urgence de fournir des informations au public sur la réelle nature du problème, à partir de données et d’analyses solides. L’OCDE est bien placée pour contribuer à cette tâche. Mais les ministres ont aussi convenu qu’il y avait davantage qu’un « manque de communication ». Nous devons créer un environnement où les avantages de la mondialisation sont plus largement partagés, notamment en fournissant une aide à l’ajustement, selon les ministres. Ceux-ci ont également souligné l’importance de la contribution de l’OCDE pour identifier les politiques permettant d’atteindre ce but. L’Organisation devrait « reconnaître plus explicitement les nombreuses voies qui peuvent conduire à la croissance et au développement ».Donc, si nous renforcions tous nos efforts, l’innovation pourrait nous faire voir la vie en rose, et elle pourrait aussi être un atout pour gérer la mondialisation. Après tout, la rose elle-même est un produit de la mondialisation, circulant à travers le monde depuis des millénaires… Forum 2007 de l’OCDE – Innovation, croissance et équité, 14-15 mais 2007. Commandez votre copie du magazine spécial Forum de l’OCDE en écrivant à forum@oecd.org. Pour plus d’informations sur le Forum 2007, le programme, les intervenants et sponsors, voir www.oecdforum.org. ©L’Observateur de l’OCDE nº 262, juillet 2007  


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016