Innovation : programme d'action de l'OCDE pour la croissance et l'équité

La réunion ministérielle de cette année qui a eu lieu à Paris le 15-16 mai, a fait la part belle aux annonces sur l’élargissement de l’OCDE et sur le renforcement de la coopération avec d’autres pays. Voici un extrait du résumé de la présidence, suivi d’une sélection sur les principaux thèmes de la réunion.

«Conscients de la nécessité d’élargir encore le champ d’influence de l’OCDE à l’échelle mondiale ainsi que l’impact et la pertinence de ses travaux pour l’action des pouvoirs publics, les ministres se félicitent du rapport sur l’élargissement et l’engagement renforcé. Ils soulignent l’importance du Brésil, de l’Inde, de l’Indonésie, de la Chine et de l’Afrique du Sud sur la scène économique mondiale, notant que leurs politiques et leurs activités ont des répercussions au niveau mondial et rejaillissent sur tout l’éventail des questions traitées par l’OCDE. Ils considèrent aussi que l’expérience de l’OCDE dans le domaine des bonnes pratiques peut être intéressante pour ces pays. Ils invitent le Secrétaire général à intensifier la coopération de l’OCDE avec ces acteurs importants dans le cadre d’un processus d’engagement renforcé ou en qualité de membres à part entière.Les ministres décident d’ouvrir des discussions d’adhésion avec le Chili, l’Estonie, Israël, la Fédération de Russie et la Slovénie. À leurs yeux, la Russie constitue un cas particulier en raison de ses relations antérieures avec l’OCDE. Ils considèrent que le processus d’adhésion contribuerait à faire avancer le programme de réforme de ces pays et à assurer sa mise en œuvre et sa viabilité. Le Chili, l’Estonie, Israël et la Slovénie participent activement à de nombreux volets des travaux de l’OCDE depuis un certain temps et mettent à profit les bonnes pratiques dégagées par l’Organisation. Tous ces pays ont confirmé leur désir de devenir membre de l’OCDE.Les ministres sont favorables au renforcement de l’engagement de l’OCDE avec certains autres pays et régions présentant un intérêt stratégique pour l’Organisation. En raison du dynamisme et de l’influence de leurs économies, les pays d’Asie du Sud-Est paraissent mériter de faire l’objet d’une attention plus poussée en vue d’identifier ceux qui seraient susceptibles d’être intégrés dans l’Organisation.Les ministres soulignent l’importance d’une réforme financière pour tenir compte des conséquences de l’élargissement. Le Conseil devra parvenir, avant la Réunion de 2008 du Conseil au niveau des ministres, à un accord sur cette réforme qui dotera l’Organisation d’une assise financière solide et pérenne.Les ministres notent que le programme de travail de l’OCDE offre de multiples possibilités de servir sa mission fondamentale, à savoir promouvoir la paix, la stabilité, la prospérité et les valeurs démocratiques grâce à des politiques économiques judicieuses et à une bonne gestion des affaires publiques. Ils invitent l’Organisation à rester fidèle à l’idéal de ses fondateurs et à l’exigence de ses normes – convaincus que le succès passe par de véritables partenariats – à l’échelle planétaire.Au cours du débat sur l’élargissement et, partant, sur la consolidation de l’institution, de nouvelles pistes ont été évoquées pour améliorer la pertinence de l’OCDE en renforçant ses liens avec le G8 ou en apportant un soutien aux pays en développement dans le domaine de la prestation de services. Il a aussi été fait référence à l’appui apporté par l’OCDE à la présidence du G8, en particulier pour ses relations avec les grandes économies émergentes.Les ministres louent l’impulsion donnée par le Secrétaire général et son travail dans le cadre du premier mandat qui lui a été confié lors de la RCM de 2006. »***Au-delà de l’élargissement et d’un engagement renforcé, la mondialisation, la croissance, l’équité, l’innovation, le commerce et l’environnement étaient les principales question évoquées lors de la réunion ministérielle de 2007.Le Secrétaire général de l’OCDE a décrit une vision stratégique pour « une Organisation plus fédératrice capable de servir de plaque tournante pour le dialogue sur les enjeux économiques mondiaux ».L’OCDE doit être « plus volontariste, plus ouverte et plus représentative » pour être plus apte à « trouver des réponses communes aux défis d’envergure planétaire », selon le résumé. De plus, elle doit se montrer « plus réceptive à la diversité et reconnaître plus explicitement les nombreuses voies qui peuvent conduire à la croissance et au développement ». Les ministres ont aussi reconnu que « de nombreux pays restent à l’écart de la mondialisation et ne profitent donc pas de ses bienfaits », et ont appelé l’OCDE « à s’impliquer davantage dans la mise en évidence de politiques permettant un plus large partage des bienfaits de la mondialisation et dans la diffusion d’informations sur ces bienfaits ».Les ministres conviennent que « les performances en matière d’innovation constituent un facteur décisif pour la compétitivité, la productivité et le progrès des nations », ainsi que pour relever des défis planétaires comme le changement climatique.Ils ont salué le projet de Stratégie de l’OCDE pour l’innovation qui contribuera grandement à l’élaboration des politiques et de bonnes pratiques dans le monde entier.Le résumé de la présidence rapporte aussi que lors des discussions sur la situation économique actuelle, les ministres se sont réjouis de la reprise en Europe, mais ont exprimé des inquiétudes face aux prix de l’énergie, au rôle des fonds d’arbitrage, ainsi qu’à l’évolution des déséquilibres des paiements courants.Les ministres ont appelé l’OCDE à renforcer son travail sur l’économie politique de la réforme ainsi que son soutien aux gouvernements dans leurs efforts de réforme.À propos du commerce, les ministres ont exprimé leur détermination à obtenir des résultats dans le cadre de Programme de Doha pour le développement, en particulier pour « améliorer les perspectives économiques des pays en développement ».Le changement climatique a été décrit comme un immense défi pour tous les pays, requérant une action d’urgence. Les ministres comptent sur l’OCDE et l’AIE pour construire « un cadre efficient » pour s’attaquer au problème.Le résumé complet de la présidence, ainsi que des communiqués de presse et d’autres documents sont disponibles sur www.oecd.org/mcm2007-fr. ©L’Observateur de l’OCDE Nº 262, juillet 2007 


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016