L’énigme de l’euro

©Yves Herman

L'union monétaire a-t-elle favorisé la réforme structurelle en Europe ? La dernière Étude économique de l'OCDE : zone euro tente de répondre à cette question. D'un côté, des marchés fonctionnant bien et des incitations plus fortes du côté de l'offre permettraient de mieux exploiter les bénéfices de l'euro résultant d'une plus grande transparence des prix et des coûts de transaction moindres.

Étant donné ces bénéfices, l'adoption de la monnaie unique aurait dû fortement inciter les pays de la zone euro à entreprendre des réformes, quelle que soit la politique monétaire. En outre, il y a l'argument de l'alternative « réformer ou mourir » : des marchés de produits et du travail flexibles sont nécessaires pour affronter des chocs lorsque la marge de manoeuvre de la politique budgétaire est limitée.

D'un autre côté, il peut être plus difficile de procéder à des réformes dans le contexte d'une union monétaire car les coûts de départ peuvent être plus élevés. S'il faut plus de temps pour que la réforme produise ses effets bénéfiques dans le contexte de l'Union économique et monétaire (UEM), elle risque d'être abandonnée.

De plus, l'union monétaire supprime la menace d'une crise de change. Les marchés financiers deviennent donc moins efficaces pour sanctionner les mauvaises politiques - à supposer qu'une dévaluation soit une punition pour un pays plutôt qu'une aide, ce qui est loin d'être démontré.

L'expérience montre que les pays de la zone euro ont engagé des réformes plus complètes et plus vastes que d'autres pays de l'OCDE au cours de la dernière décennie. Ces réformes étaient peut-être nécessaires et dues à la préparation de l'UEM plus qu'à ses conséquences. L'expérience révèle aussi que ces efforts se sont plutôt relâchés depuis la création de l'UEM en 1999, ce qui n'est pas le cas ailleurs. Un manque d'autonomie monétaire tendrait-il à réduire la probabilité de réformes structurelles ? Selon le rapport, les preuves sur ce point ne sont pas convaincantes.

Cependant, il donne quelques avis sur les politiques à suivre. Premièrement, les pays membres devraient engager des réformes bien avant d'atteindre le point de crise. Deuxièmement, ils devraient mettre de l'ordre dans leurs finances, car l'expérience montre que les retombées positives de la réforme structurelle se matérialisent rarement avant que la situation budgétaire n'ait été maîtrisée. Troisièmement, une réforme des marchés de capitaux permettant d'emprunter plus facilement sur la base des revenus futurs contribuerait aux effets positifs à long terme des autres réformes. Quatrièmement, la politique monétaire devrait accompagner partiellement les vastes réformes structurelles dans les pays de la zone euro, sous certaines conditions comme le maintien d'une inflation faible et une estimation prudente de l'incidence des réformes sur la production potentielle.

Les pays devraient également s'engager sur une série de mesures : les programmes d'action sont plus efficaces que les mesures adoptées au coup par coup, sans doute parce qu'ils créent des antagonismes entre les divers groupes d'intérêt. Enfin, les réformes touchant les marchés des produits, soulevant peut-être moins de difficultés politiques, peuvent préparer le terrain pour des réformes ultérieures du marché du travail.

OCDE (2007), Étude économique de l'OCDE : zone euro, Paris.

Pour plus d'informations sur le rapport, voir www.oecd.org/economie ou www.ocdelibrairie.org, ou contacter David.Rae@oecd.org.

©L'Observateur de l'OCDE n° 260, mars 2007 




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016