Hong Kong: la lutte contre la corruption porte ses fruits

OCDE Observateur
Les mesures énergiques et novatrices prises par les autorités du Territoire de Hong Kong constituent l'un des rares exemples de programme public de lutte contre la corruption mené à grande échelle sur une longue période. En l’espace d’une vingtaine d'années, l'ampleur du phénomène a considérablement diminué.
La Commission indépendante de lutte contre la corruption (ICAC) – qui est un organe spécialisé ne relevant ni de l’administration publique ni de la police, mais directement du gouverneur – avait été mise sur pied afin de coordonner la lutte contre la corruption sur trois fronts : imposer le respect de la loi moyennant l’ouverture d'enquêtes et l’engagement de poursuites à propos de cas récents de corruption ; assurer la prévention, en agissant sur l'organisation et la culture de l'appareil bureaucratique et en dispensant des conseils et de l’aide aux entreprises sur les moyens de lutter contre la corruption ; informer la population des méfaits de la corruption. La Commission s’est attachée à lutter contre tous les types de corruption, aussi bien celle qui touche le secteur public que le secteur privé et qu’il s’agisse de cas de corruption mineurs comme d’actes de corruption à haut niveau. Enfin, et c'est le point le plus important, la stratégie adoptée a été menée avec le concours des autorités et des milieux des affaires, avec le souci constant de solliciter le soutien de la population.Cette campagne a porté ses fruits. Au point que la construction de l'aéroport d'Hong Kong et l'aménagement de ses vastes infrastructures dans des conditions conformes aux règles de l'éthique ont valu à leurs responsables les félicitations de Transparency International. Ce projet de 20 milliards de dollars, dont la réalisation s'est étalée entre 1991 et 1998, a été mené avec un minimum de corruption, dans les délais, et, ce qui est plus important, sans dépassement de budget. Hong Kong est maintenant considérée, de manière assez générale, comme ne tolérant plus la corruption. En effet, l’opinion publique et le monde des affaires ne semblent plus voir la corruption comme un phénomène inévitable de la vie quotidienne. L'ICAC paraît avoir retiré un certain crédit de cette amélioration de la situation puisque les sondages montrent que l'opinion publique est dans sa grande majorité favorable aux initiatives en faveur de la lutte contre la corruption.Bibliographie : de Speville, Bertrand, Hong Kong : Les pouvoirs publics contre la corruption, Centre de développement de l'OCDE, 1997.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017