Autour du monde en tee-shirt

The Travels of a T-Shirt in the Global Economy, de Pietra Rivoli - Éditeur : John Wiley & Sons
Une militante anti-mondialisation avait pris le micro lors d’une manifestation à Washington pour dénoncer la cupidité des grandes entreprises et le travail forcé des enfants dans les ateliers du tiers-monde. Elle avait ensuite demandé « qui a fabriqué votre tee-shirt ? ».
L’un des observateurs, Pietra Rivoli, professeur d’économie à l’université américaine de Georgetown, a décidé de répondre à cette question. Elle comptait pouvoir démontrer à la fois « les avantages indéniables de la liberté des échanges mondiaux et le caractère erroné des postulats antimondialistes ».Cette biographie d’un tee-shirt à 6 dollars, rédigée dans un style alerte, porte le sous-titre suivant : « Une économiste examine les mécanismes du marché, du pouvoir et des politiques à l’oeuvre dans les échanges mondiaux ». Ce livre est l’aboutissement de milliers de kilomètres parcourus et de cinq années de recherche. Pietra Rivoli a interviewé les propriétaires de champs de coton près de Lubbock, Texas, qui produisent près de 500 000 livres de coton brut chaque année, soit environ 1,3 million de tee-shirts. Elle a aussi parlé avec des ouvriers de Shanghai, observé les négociations commerciales menées à Washington, et bavardé avec des vendeurs sur un marché de vêtements d’occasion en Afrique.Elle conclut que ceux qui tirent profit des différents stades de la vie d’un tee-shirt cherchent moins à se concurrencer sur les marchés qu’à éviter ceux-ci. Alors qu’elle cherchait à valider les arguments d’Adam Smith en faveur du libre-échange, elle écrit : « Quels que soient les effets positifs ou négatifs des marchés compétitifs, je n’ai trouvé que très peu de marchés réellement libres ». Les fabricants et les importateurs bénéficiant d’allègements fiscaux et les agriculteurs subventionnés dominent les marchés, contraignant les pays pauvres à baisser leurs prix au-dessous des niveaux de subsistance pour soutenir leur concurrence.L’analyse de Pietra Rivoli du fonctionnement économique, des notions éthiques et des manoeuvres politiques à l’oeuvre dans l’industrie textile sera matière à débat, mais ses récits sont instructifs. Elle compare par exemple la production, presque entièrement mécanisée, du coton dans la ville de Lubbock, qui « est liée par la douceur des fibres de coton », à la confection à Shanghai, qui emploie beaucoup de main-d’oeuvre. Les deux villes se surveillent étroitement, même si, comme l’auteur le signale avec humour, elles n’ont « rien en commun, pas même un magasin Starbucks, que l’on trouve à Shanghai mais pas à Lubbock ». Cet ouvrage primé montre aussi que le tee-shirt est plus qu’un vêtement. C’est un modèle de recyclage. Rien n’est gâché dans la récolte du coton : l’huile se retrouve dans les confiseries et les chips ; les capsules, les tiges, les feuilles et les déchets nourrissent le bétail. Une fois parvenu au terme de sa vie, le tee-shirt sera probablement mis au rebut, puis acheminé à bord de containeurs d’associations caritatives, avec des tonnes de ses semblables, à destination de marchés africains. Là, les négociants se disputent les clients pour vendre leurs ballots de tee-shirts d’occasion. Cette activité, très étendue, reste négligée. Pietra Rivoli déclare : « C’est uniquement à cette dernière étape de la vie d’un tee-shirt que la configuration des échanges mondiaux est déterminée par des mécanismes économiques plutôt que politiques ».ISBN 0471648493©L’Observateur de l’OCDE, n°251, septembre 2005


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016