En bref - décembre 2004/janvier 2005

Une croissance modérée du PIB…; …et des défis à venir; Baisse des échanges du G7; Vaste enquête sur les prix; Tableau mitigé du chômage; Un moral d’acier; Best of
Une croissance modérée du PIB…
…et des défis à venir
Baisse des échanges du G7
Vaste enquête sur les prix
Tableau mitigé du chômage
Un moral d’acier
Best of
Une croissance modérée du PIB...D’après des estimations préliminaires, la croissance économique dans la zone OCDE a été de 0,6 % au troisième trimestre 2004, un niveau très proche du trimestre précédent (0,7 %). Le PIB annuel est passé à 3,3 %, contre 3,8 % au deuxième trimestre 2004. Le PIB de la zone euro a augmenté de 0,3 % au troisième trimestre, contre 0,5 % au trimestre précédent. La croissance annuelle a aussi été plus faible (1,8 %) qu’au deuxième trimestre 2004 (2,1 %). Dans les pays du G7, la croissance du PIB était, au troisième trimestre 2004, de 0,1 % en France, en Allemagne et au Japon, et de 1 % aux États-Unis ; elle a légèrement accéléré au Japon et aux États-Unis, a été stable en Italie et a ralenti dans les autres pays du G7. La croissance annuelle a été plus faible qu’au trimestre précédent dans tous les pays du G7, sauf en Italie et au Canada. Les États-Unis (4,0 %) et le Canada (3,3 %) ont enregistré les taux les plus élevés de croissance annuelle du G7 et l’Allemagne (1,3 %) et l’Italie (1,3 %), les taux les plus bas....et des défis à venirSelon le plus récent indicateur composite de l’OCDE, la croissance devrait ralentir durant les mois à venir. Les chiffres d’octobre indiquent une baisse continue des performances aux États-Unis, au Canada, au Japon et en Allemagne. Cependant, certains chiffres indiquent une amélioration des performances en Italie et au Royaume-Uni. D’après l’indicateur composite avancé, la croissance de la zone OCDE a chuté de 0,1 point entre septembre et octobre 2004. Son taux de variation sur six mois a baissé pour le neuvième mois consécutif, après un redressement amorcé en avril 2003. Pour les États-Unis, le Canada, le Japon et l’Allemagne, l’indicateur avancé a baissé en octobre et le taux de variation sur six mois a brutalement chuté plusieurs mois de suite. En revanche, pour le Royaume-Uni et pour l’Italie, l’indicateur a augmenté de 0,5 point en octobre et le taux de variation sur six mois, en baisse jusqu’ici, a augmenté pour la seconde fois. L’indicateur pour la zone euro a lui aussi augmenté, de 0,2 % en octobre, alors que le taux de variation sur six mois était orienté à la baisse depuis décembre 2003. Cependant, les experts de l’OCDE prônent un optimisme mesuré pour 2005-2006, et Jean-Philippe Cotis, économiste en chef de l’OCDE, table sur une croissance satisfaisante dans les économies de l’OCDE.Voir Un optimisme mesuré, par Jean-Philippe Cotis, dans L’Observateur de l’OCDE, n°245, novembre 2004.Baisse des échanges du G7Le volume total des exportations du G7 a pratiquement stagné (+0,5 %) au troisième trimestre 2004, tandis que la croissance des importations retombait à 1,8 %. La croissance annuelle des exportations en volume est restée vigoureuse, mais est retombée à 9,2 %, et les importations en volume, à 11,3 %, ont continué à augmenter. Pour la première fois depuis cinq trimestres, les exportations de l’Allemagne ont diminué (-1,1 %), tandis que ses importations ont augmenté de 2,6 %. Les exportations annuelles en volume ont augmenté de 8,9 % et les importations de 11,3 %. Aux États-Unis, la croissance des exportations, de 2,3 % entre le deuxième et le troisième trimestre, a été plus forte que pour la moyenne des pays du G7. Cependant, la croissance des importations en volume a ralenti pour s’établir à 1,2 %. En un an, les volumes de marchandises exportées ont augmenté de 10,1 % et les importations de 12,2 %. La progression trimestrielle du volume des exportations japonaises a continué à se contracter et les importations ont très légèrement repris, à 0,9 %. Néanmoins, la croissance annuelle des exportations en volume est restée vigoureuse, à 12 %, taux le plus élevé du G7, tandis que la croissance des importations en volume, à 6,6 %, était la plus faible du G7.Vaste enquête sur les prixL’enquête sur les prix la plus vaste et complexe jamais entreprise a été lancée par le Programme de comparaison internationale (PCI), qui relève du Groupe des données sur le développement de la Banque mondiale. Le PCI coordonne la collecte de données sur les prix, la compilation d’estimations détaillées sur les dépenses et le calcul des parités de pouvoir d’achat (PPA) pour des pays d’Afrique, de la région Asie-Pacifique, d’Amérique latine et des Caraïbes, d’Amérique centrale, de la Communauté des États indépendants et d’Asie occidentale. Les résultats seront combinés à ceux du Programme PPA de l’OCDE-Eurostat pour comparer les PIB de quelque 160 pays. Selon Fred Vogel, du PCI, « ce sera une ressource gigantesque pour tous les acteurs de l’économie mondiale, les entreprises, économistes et organismes de développement du monde entier qui souhaitent comparer le niveau des prix relatifs et le revenu national (PIB par habitant) de différents pays ».Pour plus d’informations, voir www.worldbank.org/data.icp. Tableau mitigé du chômageDe septembre à octobre 2004, le taux de chômage moyen dans l’OCDE s’est établi à 6,8 %, identique au trimestre précédent, mais inférieur de 0,3 point à l’année précédente. Dans la zone euro, le chômage s’est maintenu à 8,9 % en octobre 2004, le même taux qu’un an auparavant. Aux États-Unis, le chômage est descendu à 5,4 % en novembre 2004, contre 5,5 % le mois précédent et 5,9 % un an auparavant. Pour le Japon, il s’est établi à 4,7 % en octobre 2004, soit 0,1 point de plus que le mois précédent, mais 0,5 point de moins qu’en octobre 2003. En Allemagne, le taux de chômage s’est maintenu à 9,9 % en octobre 2004. Au Canada, il est passé de 7,1 % le mois précédent à 7,3 % en novembre 2004, tout en restant inférieur de 0,2 point au taux enregistré un an auparavant. Le chômage a baissé par rapport à l’année précédente en France, au Royaume-Uni et en Italie, pour s’établir respectivement à 9,5 % en octobre, 4,9 % en août et 8,9 % en janvier 2004.Un moral d'acierLes excellentes conditions du marché de l’acier devraient perdurer en 2005-2006, selon une réunion d’entrepreneurs et d’experts gouvernementaux tenue en janvier. La vigueur du marché a dopé les résultats des entreprises, suscitant un regain d’intérêt dans les nouvelles capacités offertes. Le marché de l’acier a été particulièrement dynamique en 2004 : la consommation globale d’acier a augmenté de 8,8 % en 2003, pour représenter quelque 935 millions de tonnes de produits finis. Dans la zone OCDE, la demande d’acier a augmenté de 7,5 %.Pour plus informations, voir www.oecd.org/sti-fr.Best of« L’écart entre le niveau du PNB par habitant dans les pays moins développés et dans les nations industrialisées est allé jusqu’ici en s’élargissant rapidement, et il est improbable qu’il puisse être sensiblement atténué dans un proche avenir. Compte tenu de la différence actuelle, le fossé ne serait guère réduit même si les taux de croissance doublaient dans les régions moins développées du monde. »Extrait de « La croissance économique dans les pays moins développés », L’Observateur de l’OCDE, n°5, août 1963.©L’Observateur de l’OCDE, N°246/247, décembre 2004 - janvier 2005


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016