Flou artistique

Courrier des lecteurs

Lorsque vous analysez l’économie, l’emploi, la productivité, etc., il semble que vous ne preniez en compte que les emplois de bureau ou d’usine classiques, à temps plein ou à temps partiel. L’OCDE ne tient-elle aucun compte des arts et de la culture, qui constituent eux aussi un commerce et des métiers productifs ?

De nos jours, en effet, nous tendons à consacrer une grande partie de nos vies à ces activités. Et il ne s’agit pas d’un secteur isolé : les arts et la culture génèrent des recettes considérables pour toute une gamme de produits et de services, dans le tourisme, les transports, les loisirs domestiques, etc. Cela constitue un enjeu économique international, que les gouvernements et les experts de l’OCDE devraient sans nul doute étudier de concert. Un défi à relever pour l’OCDE.Les acteurs de ce secteur ont des vies professionnelles auxquelles la réglementation habituelle de l’emploi est inadaptée, qu’il s’agisse des lois ou des conventions collectives. Ils travaillent énormément et, entre deux tournées, ils doivent répéter, inventer, affiner et apprendre, tout en gagnant de quoi survivre. Les solutions classiques fondées sur le marché, ou les politiques sociales, ne s’appliquent tout simplement pas à ces activités, qui ne sont pas commercialisables comme des paquets de lessive.C’est un problème épineux, comme le montrent les difficultés du gouvernement français, depuis deux ans, à réformer les budgets consacrés aux intermittents du spectacle. Si les Français ne rétribuent pas convenablement les emplois de la culture et des arts, qui le peut ? Les dissensions entre les artistes et les pouvoirs publics ne profitent à personne, le grand perdant étant le public, comme l’a montrée l’annulation du festival d’Avignon en 2003.L’exception culturelle n’est pas l’apanage d’un seul pays, c’est une forme particulière de commerce, présente partout dans le monde, qui peut être une force d’attraction considérable. Il suffit de constater la ruée des touristes américains à Paris, malgré des taux de change défavorables et certaines frictions « politiques », pour visiter l’église Saint Sulpice et le Louvre, entre autres, sous la seule impulsion de l’itinéraire culturel proposé par le fameux Da Vinci Code. Il ne suffit pas de rester vigilant quant aux rapports délicats entre culture et mondialisation. L’OCDE, dont le siège se situe précisément dans l’une des grandes capitales culturelles du monde, et dont les membres sont tous des pays développés dotés de grandes richesses artistiques et culturelles, des Amériques, d’Europe et d’Asie, pourrait se pencher sur cette question d’intérêt général et aider les gouvernements. Après tout, certains d’entre eux sont influencés par vos conseils d’austérité financière.R.J. Doyle,Paris, France© L’Observateur de l’OCDE, N°246/247, Janvier 2005


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016