En bref - mai 2005

Des entreprises transparentes ; Faible croissance à l’horizon ; Chasse au gaspi ; Stabilité du chômage ; Des objectifs stimulants ; Migrations en baisse ; Best of
Des entreprises transparentes
Faible croissance à l’horizon
Chasse au gaspi
Stabilité du chômage
Des objectifs stimulants
Migrations en baisse
Best of
Des entreprises transparentesDonald J. Johnston, Secrétaire général de l’OCDE, a annoncé en avril le lancement d’une initiative d’un groupe d’affaires de haut niveau visant à promouvoir de meilleures pratiques dans les conseils d’administration des pays développés et en développement. L’OCDE joue déjà un rôle de premier plan dans l’amélioration des pratiques de gouvernement d’entreprise, notamment par ses Principes qui sont devenus une référence à l’échelle mondiale en matière de réformes des entreprises.Dans le prolongement de cette initiative importante, l’OCDE lance un nouveau projet, le Sector business group, afin de donner une aide pratique aux membres des conseils d’administration, notamment les directeurs, pour qu’ils améliorent leur action. « Les directeurs de conseil dans le monde entier ont été très critiqués ces dernières années pour avoir échoué dans leur obligation de contrôler les résultats de la gestion de leur entreprise » a souligné M. Johnston lors du lancement de ce projet. Se référant aux récents désastres résultant de mauvaises pratiques, le Secrétaire général a déclaré : « cette nouvelle initiative offrira une aide pratique et permettra, je l’espère, aux conseils de jouer un rôle actif et attentif dans le monde entier. »Ce groupe fournira des conseils pratiques sur la façon dont les membres des conseils peuvent instaurer un gouvernement d’entreprise efficace, notamment en l’absence de règles détaillées ou de recommandations. Il soulèvera aussi une série de questions que doivent résoudre les conseils. Un projet du rapport sera accessible au public sur le site de l’OCDE fin 2005.Ira M. Millstein, associé principal de Weil, Gotshal & Manges LLP, un cabinet d’avocat américain, présidera le groupe. En 1998, Ira M. Millstein a présidé le groupe auteur du rapport Corporate Governance : Improving Competitiveness and Access to Capital in Global Markets. Parmi les autres membres importants du Sector business group, figureront : Peter Dey, auteur du rapport Dey de 1994 (Canada) ; Sir Adrian Cadbury, auteur du rapport Cadbury de 1992 sur le gouvernement d’entreprise et ancien président de Cadbury Schweppes (Royaume-Uni) ; Gerhard Cromme, président de la commission allemande du code du gouvernement d’entreprise et président du conseil de surveillance, Thyssen Krupp (Allemagne) ; et Dominique de la Garanderie, administrateur du conseil de Renault (France). Holly J. Gregory, associé chez Weil, Gotshal & Manges, LLP, sera le conseiller principal du groupe.Pour plus d’informations, contactez la Direction des relations avec les médias : spencer.wilson@oecd.org.Faible croissance à l’horizonLes derniers indicateurs composites avancés indiquent toujours un ralentissement de la croissance pour la zone OCDE. Les indicateurs avancés sont conçus pour signaler à l’avance les points de retournement de l’activité économique, mais actuellement les tendances sont encore à la baisse. L’indicateur avancé pour la zone OCDE a diminué de 0,2 point en février. Son taux de variation sur 6 mois est en baisse, après trois mois de légère augmentation. Les données montrent un affaiblissement des performances pour tous les pays du G7, à l’exception du Canada.Pour les États-Unis, la zone euro, le Royaume-Uni et la France, l’indicateur composite avancé a baissé de 0,1 point. Le taux de variation sur 6 mois a diminué en Italie et aux États-Unis après trois mois de hausse, mais également dans la zone euro depuis décembre 2003, et en France sur les 12 derniers mois. Au Royaume-Uni, il s’est stabilisé après avoir baissé pendant trois mois consécutifs. Au Japon, l’indicateur avancé est en baisse de 0,7 point et son taux de variation sur 6 mois a chuté pour le deuxième mois consécutif, après avoir augmenté pendant les trois mois précédents. L’indicateur composite avancé en Allemagne est en baisse de 0,4 point, et son taux de variation sur 6 mois a montré des signes de faiblesse depuis janvier 2004.Chasse au gaspiQue peut-on faire face à une crise pétrolière ou à une augmentation continue des prix du pétrole ? Dans Saving Oil in a Hurry (Dépêchons-nous d'économiser le pétrole), à paraître en avril 2005, l’Agence internationale de l’énergie (AIE), une organisation soeur de l’OCDE, propose plusieurs mesures pour restreindre la consommation de pétrole en cas d’une chute de l’offre. Celles-ci incluent la réduction de la vitesse à 90 km/h, la circulation alternée durant certaines périodes, la baisse des tarifs des transports publics, le raccourcissement de la semaine de travail, l’incitation au covoiturage et au télétravail pour limiter les déplacements professionnels.Ces mesures pourraient économiser près d’un million de barils par jour. Certaines sont néanmoins coûteuses ou difficiles à appliquer. Ces mesures sont d’autant plus importantes que l’AIE, préoccupée par les coûts du pétrole et la sécurité de l’approvisionnement, compte renforcer un de ses principes fondamentaux : les pays importateurs devraient prendre des mesures pour réduire leur demande si l’offre mondiale de pétrole diminue d’un ou deux millions de barils par jour au lieu du chiffre officiel de 7 % (environ six millions de barils par jour) stipulé dans le traité qui a fondé l’AIE. Elle avait pour mission de veiller à la sécurité énergétique des pays industrialisés après la crise du pétrole des années 70. Une diminution d’un ou deux millions barils par jour équivaudrait à celle causée par la guerre en Irak en 2003.Pour plus d’informations, voir www.iea.org.Stabilité du chômageLe taux de chômage dans la zone OCDE s’est stabilisé à 6,7 % entre novembre et février 2005, quelque 0,3 point de pourcentage inférieur à celui de l’année précédente. Le taux de chômage aux États-Unis a baissé de 5,7 % en février 2004 à 5,4 % en février 2005, et à 5,2 % en mars. Au Japon, le taux s’élevait à 4,7 % en février 2005, avec 0,3 point de moins qu’en février 2004. Mais dans la zone euro, le taux de chômage est passé de 8,8 % en janvier 2005 à 8,9 % en février, identique à celui de l’année précédente. Il a augmenté d’un point en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, pour atteindre respectivement 9,8 %, et 9,7 % en février 2005, et 4,6 % en décembre 2004. Des objectifs stimulantsCinq ans après la Déclaration du millénaire pour le développement, l’aide accordée aux pays en développement reste insuffisante. L’aide publique au développement (APD) a atteint le niveau sans précédent de 78,6 milliards de dollars US en 2004, selon le Comité d'aide au développement (CAD). Mais ce chiffre reste inférieur à l’objectif de 195 milliards de dollars fixé pour 2015.L’aide globale de 15 des 22 membres du CAD s’est accrue en 2004. L’APD nette des États-Unis a atteint 19 milliards de dollars, soit 0,16 % du revenu national brut (RNB). Les 15 États européens membres du CAD ont contribué à 55 % de l’APD en 2004. Ils ont donné 42,9 milliards de dollars, soit 0,36 % du RNB de l’ensemble de ces pays.L'APD devrait enregistrer d’autres hausses importantes en 2005-2006, notamment si les donateurs augmentent l’aide de 0,25 % en 2004 à 0,30 % en 2006, comme promis.Pour plus d’informations, voir www.oecd.org/dac/stats.Migrations en baisseSelon les dernières données comparatives, moins de personnes ont émigré vers les grands pays de l’OCDE en 2003, notamment en Australie, au Canada, aux États-Unis, en Allemagne et aux Pays-Bas. Les États-Unis ont ainsi accueilli 706 000 immigrés permanents en 2003, alors qu’ils en avaient accueilli plus d’un million en 2002.Selon la dernière édition du rapport annuel de l’OCDE, Tendances des migrations internationales, le nombre de demandes d’asile enregistrées par les pays de l’OCDE en 2003 et 2004 a également diminué, inversant ainsi la tendance à la hausse observée pendant la seconde moitié des années 90. Dans l’Union européenne à 15, ce chiffre a chuté de 25 % durant l’année 2004. Avec 61 600 nouvelles demandes en 2004, la France est le pays de l’OCDE qui a reçu le plus de demandes d’asile.Malgré des initiatives visant à faciliter leur intégration, les immigrés, notamment les femmes et les jeunes, ont davantage de difficultés que les nationaux à trouver un emploi. Aux Pays-Bas, par exemple, le taux de participation des femmes (en tant qu’actif ou personne à la recherche d’un emploi) est 34 % inférieur à celui des nationaux.De nombreux gouvernements des pays de l’OCDE imposent actuellement des lois plus strictes sur l’entrée et la résidence d’étrangers afin d’assurer une meilleure maîtrise des flux migratoires. Ce rapport montre aussi que 12,3 % de la population aux États-Unis, 9,7% en Europe (EEE, et la Suisse), 19,3 % au Canada, 23 % en Australie, et seulement 0,8% au Japon Est née à l’étranger.Tendances des migrations internationales : SOPEMI – Édition 2004. Voir www.ocdelibrairie.org pour commander l’ouvrage.Best of« La consommation d’électricité dans le monde double en moyenne tous les 10 ans et rien n’indique un ralentissement de cette cadence. Les besoins futurs peuvent encore pour quelques temps être couverts à l’aide des ressources énergétiques classiques, mais en définitive (peut-être dès les prochaines décennies), les pays les plus industrialisés comme les pays moins développés devront recourir à l’énergie nucléaire. »Extrait de « L’Énergie nucléaire et l’avenir de l’Europe », L’Observateur de l’OCDE, N°2, 15 Janvier 1963.©L’Observateur de l’OCDE, N°249, Mars 2005


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016