Corée

Améliorer la garde des enfants

©Gouvernement coréen

La chute du taux de fécondité est un des problèmes les plus épineux auxquels est confrontée la Corée aujourd'hui. L'indice synthétique de fécondité de notre pays a atteint son niveau de remplacement des générations de 2,1 en 1983, avant de tomber à 1,7, soit la moyenne de l'OCDE, à la fin des années 90. Cette baisse tendancielle s'est encore accentuée lors de la crise financière de 1997-1998. En 2002, le taux de fécondité coréen est tombé au niveau sans précédent de 1,17.
Ce défi démographique aura des répercussions catastrophiques sur notre pays à moins que nous ne prenions les mesures appropriées en temps voulu. Si cette faiblesse de la fécondité persiste, elle va sérieusement remettre en cause notre dynamisme économique et alourdir le poids de la prise en charge des personnes âgées. En conséquence, nous élaborons actuellement avec le plus grand soin des plans d'action spécifiques.À cet égard, le projet de loi sur la fécondité et le vieillissement de la société marque une avancée significative. Ce nouveau texte de loi prévoit la création d'une commission présidentielle chargée de formuler et de mettre en œuvre les principaux éléments de la politique démographique. Son champ d’application couvrira également un large éventail de questions, dont le mariage, la grossesse, la maternité et la garde des enfants, ou encore l'éducation, le logement et les régimes d'imposition.Des ressources financières plus importantes seront investies pour assurer des services de garde d'enfants de qualité. Cela devrait permettre de porter à 60 % la part des dépenses nationales de garde d'enfants assumée par le secteur public, et d'offrir davantage de prestations afin de satisfaire pleinement les besoins des parents. Les salariées bénéficient d'un congé maternité de 90 jours, avec la garantie de toucher l'intégralité de leur rémunération, ainsi que d'un congé parental pouvant aller jusqu'à 12 mois, également destiné aux hommes. Au cours de ce congé parental, les travailleurs peuvent recevoir des allocations forfaitaires de la caisse d'assurance-chômage, qui leur permettent de s'occuper de leurs enfants sans perte de revenu préoccupante. La loi coréenne sur les normes du travail prévoit des mesures destinées à instaurer des conditions d'emploi favorables à la vie de famille. Ces mesures ne sont toutefois pas obligatoires, de sorte que nous comptons dans une large mesure sur la participation volontaire des employeurs. Le gouvernement ouvre la voie en introduisant un système d'aménagement flexible du temps de travail, et en permettant aux personnes qui prennent un congé parental d'occuper un emploi à temps partiel. En outre, la récente mise en place de la semaine de travail de cinq jours devrait créer des conditions d'emploi plus favorables à la vie de famille et encourager l'activité féminine.La participation des mères au marché du travail peut faire reculer la pauvreté infantile. L'augmentation du taux d'activité des femmes est d'autant plus importante pour assurer une croissance durable qu’une pénurie de main-d'œuvre se profile.© L’Observateur de l’OCDE, n°248, mars 2005 Voir les réponses de cinq autres ministres de l'OCDE : Aart Jan de Geus, ministre des Affaires sociales et de l’Emploi des Pays-Bas et président de la réunion des ministres des affaires sociales des pays de l’OCDE de 2005 ; Kay Patterson, ministre de la Famille et des Services d’intérêt commun de l’Australie ; Ulla Schmidt, ministre fédéral allemand de la Santé et de la Sécurité sociale ; Berit Andnor, ministre des Affaires sociales de la Suède ; Wade F. Horn, secrétaire responsable de l’enfance et de la famille au Département de la santé et des affaires sociales (HHS) des États-Unis.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016