Suède

Une relation d’interdépendance

©Pressens Bild Sweden

En Suède, le système de sécurité sociale repose sur le principe de l’universalité. Chacun y contribue par le biais de l’impôt et des cotisations sociales, et chacun, quel que soit son revenu, est couvert par ce système. C’est ce principe qui assoit la légitimité de notre système de protection sociale et garantit la sécurité.

Les systèmes de sécurité sociale doivent être constamment passés en revue, évalués et améliorés. Il importe aussi d’en assurer le financement et la viabilité, notamment pour les générations futures. La récente réforme des retraites dans notre pays illustre la manière dont nous y parvenons.Les choix que nous avons opérés obéissent également à l’impératif de croissance économique, car protection sociale et croissance sont interdépendantes. Une protection sociale généreuse requiert un taux d’emploi et une croissance élevés. Et un système de protection sociale bien conçu est lui-même générateur de croissance. Les systèmes de protection sociale doivent favoriser le travail tout en répondant aux besoins individuels. Depuis quelques années, nous nous efforçons également de réduire les effets marginaux, en révisant par exemple notre système fiscal et en plafonnant les frais de garde des enfants.La sécurité encourage l’initiative et la créativité. Face aux grandes mutations de la société, les citoyens doivent pouvoir compter sur un filet de sécurité, qu’il prenne la forme d’une assurance chômage, de possibilités de formation ou de conventions collectives.Deux indicateurs encourageants montrent que nous allons dans la bonne direction. Depuis maintenant plusieurs années, le taux de fécondité progresse en Suède : il s’établit aujourd’hui à 1,8 enfant par femme. Une assurance parentale généreuse et souple, conjuguée à des services de garde d’enfants de qualité pour tous les enfants, a permis aux parents suédois de concilier vie professionnelle et vie familiale. Ainsi, le taux de fécondité reste élevé alors même qu’une forte proportion de Suédoises occupent un emploi rémunéré et sont en mesure de s’assumer financièrement.Mais la hausse du taux de fécondité n’est pas le seul facteur à prendre en compte. La vie professionnelle doit être prolongée. Au cours des cinq dernières années, le taux d’emploi des personnes entre 60 et 64 ans est passé de 48 à 58 %. Autant de raisons qui nous incitent à l’optimisme quant à notre capacité d’assurer à tous une bonne protection dans l’avenir.© L’Observateur de l’OCDE, n°248, mars 2005Voir les réponses de cinq autres ministres de l'OCDE : Aart Jan de Geus, ministre des Affaires sociales et de l’Emploi des Pays-Bas et président de la réunion des ministres des affaires sociales des pays de l’OCDE de 2005 ; Kay Patterson, ministre de la Famille et des Services d’intérêt commun de l’Australie ; Ulla Schmidt, ministre fédéral allemand de la Santé et de la Sécurité sociale ; Geun Tae Kim, ministre de la Santé et des Affaires sociales de la Corée et co-président de la Réunion de 2005 ; Wade F. Horn, secrétaire responsable de l’enfance et de la famille au Département de la santé et des affaires sociales (HHS) des États-Unis.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016