Pays-Bas

Renforcer l’économie par la dimension sociale

©ANP/Benelux Press

Comme dans un grand nombre de pays de l’OCDE, un débat est en cours aux Pays-Bas sur la réforme de l’État protecteur. Le vieillissement de la population, la mondialisation, le progrès technologique et les libertés individuelles appellent une évolution du système de protection sociale allant au-delà de l’ajustement des taux de prestation ou d’un renforcement des incitations financières.

À cet égard, le gouvernement néerlandais a pris récemment une initiative digne d’attention. Il s’agit d’un nouveau dispositif que nous appelons « l’épargne individuelle tout au long de la vie» (levenslooppregeling).Lorsque l’État protecteur actuel a été mis en place dans les années 60, la population néerlandaise était jeune et ethniquement homogène, et les ménages présentaient des caractéristiques similaires. La protection sociale que nous connaissons aujourd’hui était conçue en fonction du schéma de vie qui prédominait à l’époque : éducation pour les jeunes, carrière active pour les hommes et prise en charge du foyer pour les femmes, et pour finir la retraite.La société néerlandaise a profondément évolué depuis lors. Le niveau moyen de qualification s’est grandement amélioré, les femmes exercent davantage une activité professionnelle et les modes de vie sont maintenant plus hétérogènes. En conséquence, le déroulement de la vie est bien plus diversifié selon les individus.De nouvelles pressions s’exercent aujourd’hui. Du fait du vieillissement de la population, il est impératif de travailler jusqu’à un âge plus avancé. L’économie du savoir exige de notre part un investissement constant en capital humain tout au long de nos carrières. Les parents doivent trouver des solutions pour concilier l’activité professionnelle et l’éducation des enfants. Beaucoup de personnes connaissent au cours de leur vie une sorte de « période de pointe », où l’éducation des enfants, la formation et l’activité professionnelle se disputent constamment leur emploi du temps. Trop souvent, ces tensions aboutissent à un retrait prématuré de la vie active, qui peut compromettre la viabilité financière de la protection collective et la cohésion sociale.Pour remédier à ces tensions, le gouvernement a mis en place un dispositif individuel d’épargne tout au long de la vie. Le travailleur peut affecter une partie de son salaire brut à ce compte d’épargne, qui est défiscalisé jusqu’au moment où l’épargne est retirée. Les sommes épargnées peuvent être utilisées pour diverses formes de congé non rémunéré, par exemple pour élever un enfant ou s’occuper d’un parent malade, suivre des cours, prendre un congé sabbatique, ou même partir en retraite anticipée. Le montant maximum de cette épargne est de 210 % du dernier salaire brut annuel. Grâce à cette nouvelle formule d’épargne, le travailleur peut établir un meilleur équilibre entre ses besoins en temps et en argent aux différentes étapes de son existence. On réduit ainsi le risque de retrait non souhaité du marché du travail, en particulier concernant les mères, et on pourra aussi éviter certains cas d’absentéisme pour maladie ou incapacité. Le résultat devrait être un État protecteur plus réactif, au bénéfice de l’économie également.Cette nouvelle approche de la politique sociale, reposant sur le cycle de vie, pourrait largement contribuer à créer un Etat protecteur qui répondra aux impératifs d’efficience et d’équité, aujourd’hui et demain. J’attends de prendre connaissance des idées et suggestions des autres responsables gouvernementaux et des autres parties prenantes avec le plus grand intérêt.© L’Observateur de l’OCDE, n°248, mars 2005Voir les réponses de cinq autres ministres de l'OCDE : Kay Patterson, ministre de la Famille et des Services d’intérêt commun de l’Australie ; Ulla Schmidt, ministre fédéral allemand de la Santé et de la Sécurité sociale ; Geun Tae Kim, ministre de la Santé et des Affaires sociales de la Corée et co-président de la Réunion de 2005 ; Berit Andnor, ministre des Affaires sociales de la Suède ; Wade F. Horn, secrétaire responsable de l’enfance et de la famille au Département de la santé et des affaires sociales (HHS) des États-Unis.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016