États-Unis

Un mariage heureux

©US Government

L’évolution la plus remarquable de la politique sociale américaine est probablement l’engagement renouvelé du Président Bush en faveur du mariage. Lancée après que le Président ait annoncé en 2002 un soutien financier à des programmes novateurs visant à réduire la pauvreté et accroître le bien-être des enfants, la « Healthy Marriage Initiative » vise à aider les couples qui choisissent de se marier à accéder à des services où ils pourront acquérir les compétences et connaissances nécessaires à un mariage heureux et durable.
La politique sociale des États-Unis a radicalement changé de cap : depuis les années 60, les administrations successives s’étaient en effet désintéressées du mariage, au point, peut-être, d’en saper les fondements sans le vouloir. Les nombreuses études en sciences sociales qui, depuis une vingtaine d’années, vantent les mérites d’un mariage heureux pour les enfants, les adultes et la société vont dans le sens de cette évolution.Si les avantages psychologiques et émotionnels d’un mariage heureux sont bien connus, il ressort des études réalisées que le mariage et la famille sont également des institutions fondatrices qui exercent une influence profonde sur l’économie. La langue confirme cette relation puisque « économie » et « foyer » ont pour origine le même mot grec oikos.En quoi un mariage réussi est-il bénéfique pour l’économie ? Chaque mariage crée un nouveau foyer, une unité économique génératrice de revenu, de dépenses, d’épargne et d’investissement. Le foyer comprend généralement des enfants, qui sont une source de capital humain pour l’économie. Le mariage influe également sur le comportement économique. Cela est particulièrement vrai pour les hommes qui, souvent, deviennent économiquement plus responsables lorsqu’ils ont une famille à nourrir.Il n’est donc guère surprenant que Gary Becker, lauréat du Prix Nobel d’économie en 1992, ait avancé l’argument selon lequel le ménage formé par un couple marié constitue, économiquement parlant, la plus efficiente des configurations. Souvent, les hommes et les femmes dont le mariage est réussi gagnent plus et dépensent moins que les autres ménages. La sociologue Linda Waite établit, documents à l’appui, que le mariage est générateur de richesse, les couples mariés abordant généralement l’âge de la retraite nettement plus riches que leurs homologues célibataires.Étant donné les avantages économiques manifestes du mariage, ce mouvement en faveur de la réussite et de la stabilité du mariage permet à la politique sociale américaine de contribuer à renforcer la viabilité de la politique économique. © L’Observateur de l’OCDE, n°248, mars 2005Voir également cinq autres réponses de ministres de l'OCDE : Aart Jan de Geus, ministre des Affaires sociales et de l’Emploi des Pays-Bas et président de la réunion des ministres des affaires sociales des pays de l’OCDE de 2005 ; Kay Patterson, ministre de la Famille et des Services d’intérêt commun de l’Australie ; Ulla Schmidt, ministre fédéral allemand de la Santé et de la Sécurité sociale ; Geun Tae Kim, ministre de la Santé et des Affaires sociales de la Corée et co-président de la Réunion de 2005 ; Berit Andnor, ministre des Affaires sociales de la Suède.


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016