A propos des biotechnologies

Courrier des lecteurs
Ce qui importe, dans le contexte actuel d’inquiétude des consommateurs concernant leur alimentation, qu’il s’agisse de contamination bactérienne, de résidus d’hormones, de pesticides ou d’antibiotiques, ou encore d’organismes génétiquement modifiés, c’est de procéder à une analyse aussi complète que possible de ces craintes. Il est en outre primordial que les résultats de cette analyse fassent l’objet d’un large débat de manière à faire reculer la défiance de l’opinion publique.
Jusqu’à présent, l’essentiel du débat s’est focalisé sur les aspects scientifiques et la nécessité d’une analyse scientifique indépendante. Toutefois, comme le soulignent Wayne Jones et al. dans le n° 216 de L’Observateur de l’OCDE (mars 1999), les questions politiques que soulève la sécurité des aliments ne se limitent pas aux seuls aspects scientifiques. L’analyse doit, à un moment ou à un autre, déterminer les coûts et avantages économiques engendrés par ces données scientifiques et en faire l’interprétation. Jones et al., eux, préconisent de procéder à une analyse coûts-avantages pour la société.J’irai même encore plus loin en disant que le cadre de l’analyse économique doit intégrer aussi plusieurs autres éléments. Premièrement, il doit pouvoir prendre en compte l’aversion au risque des consommateurs en ce qui concerne les produits alimentaires qu’ils achètent. Deuxièmement, la définition et l’interprétation des probabilités doivent intégrer aussi les données existantes. Troisièmement, il faudrait reconnaître qu’intrinsèquement, les nouveaux aliments comportent une part imprévisible de risque, non seulement pour le consommateur, mais aussi pour le milieu naturel dans lequel ils sont produits. Quatrièmement, les aliments transgéniques peuvent dans certains cas produire des conséquences irréversibles sur les consommateurs, avec notamment des conséquences financières. Cinquièmement, il faut opter pour une analyse dynamique qui permettra de prendre véritablement en compte les profils temporels des coûts et des avantages. Sixièmement enfin, l’évaluation des coûts et avantages pour la collectivité doit se faire dans le cadre d’une économie ouverte pour pouvoir déterminer si les obstacles aux échanges se justifient ou non.Jones et al. se demandent si la sécurité alimentaire est une simple question de protection ou si elle relève du protectionnisme commercial. La réponse dépend de deux paramètres : d’une part, les résultats d’une analyse scientifique effectuée à partir de données objectives, qui tient compte de l’ambiguïté de ces dernières, et d’autre part, de ceux de l’analyse économique incluant les éléments mentionnés précédemment. S’il n’est pas question d’encourager le protectionnisme, il faut admettre que la libéralisation des échanges n’est pas une fin en soi, mais un moyen permettant d’accroître le bien-être social.*Donald MacLarenDepartment of Economics The University of MelbourneParkville, Vic 3052, Australie


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,7% ; imp -0,9% T3 2019
Inflation annuelle 2,1% décembre 2019
Chômage 5,1% décembre 2019
Mise à jour: 20 février 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019