Statistiques et réalité

Courrier des lecteurs
J'ai été quelque peu surpris des réponses à propos de la valeur des statistiques que vous donnez dans votre dernier numéro (« Statistiques et réalité », L'Observateur de l'OCDE, n° 244). Vous dites qu'il existe souvent un écart entre les chiffres officiels et la réalité telle que la perçoit le public, et que cela est particulièrement vrai quand il s'agit d'évaluer le taux d'inflation.
Il est probablement exact que les particuliers, dans leurs achats au quotidien, ainsi que les associations de consommateurs, se font une fausse idée du taux d'inflation parce qu'ils ne considèrent qu'une gamme restreinte de produits. Les institutions qui, comme l'OCDE, s'occupent de statistiques peuvent sans doute obtenir des chiffres plus proches de la réalité.À mon avis, vous soulevez la bonne question : peut-on utiliser un indice des prix qui prendrait davantage en compte les préoccupations quotidiennes des gens ? Mais en réponse à cela, votre expert se contente d'affirmer que particuliers et associations de consommateurs sont moins à même que les statisticiens de se faire une idée exacte de l'inflation. En fait, l'utilité des statistiques serait probablement plus largement reconnue si les statisticiens étaient capables de s'adresser en personne à des publics plus vastes, et de répondre aux questions posées plutôt que de les rejeter en bloc.L'enjeu pour les statisticiens consiste à bien cibler leur public. Les institutions compétentes ne pourraient-elles pas faire une distinction entre les préoccupations des décideurs - qui ont parfois besoin d'une représentation macroéconomique de la réalité - et les soucis des particuliers dans leur vie quotidienne ? Il serait injuste d'accuser en bloc les médias car, hormis certains gros titres parfois trompeurs, les journaux sérieux diffusent des données de qualité. L'OCDE a d'ailleurs largement bénéficié de cette publicité au fil des ans. S'il est peu vraisemblable que des millions de collecteurs de statistiques complotent pour truquer les données, il n'est pas impossible - et il est même important - qu'ils soumettent leurs méthodes à l'examen du public et qu'ils en changent éventuellement. Après tout, c'est de notre argent qu'il s'agit !René Verdier Paris, France© L’Observateur de l’OCDE, N°245, Novembre 2004


Données économiques

PIB +0,43% T1 2017
Échanges exp +3,0% ; imp +4,0% T1 2017
Inflation annuelle 2,4% avril 2017
Chômage 6,008% mars 2017
Mise à jour: 22 juin 2017

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.
  • Les besoins en matière de logement sont souvent insatisfaits : un nombre important de personnes dans l'ensemble de l'OCDE sont sans abri et un grand nombre de ménages font face à des coûts de logement qu'ils ne peuvent pas assumer. Une nouvelle base de données a été conçue par l’OCDE pour aider les pays à évaluer l'accès à des logements abordables.

  • Jean-Christophe Dumont - Forum "Migrants, la... par liberation
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2017