Allemagne : bel effort

L’économie allemande émerge enfin après trois ans de quasi-stagnation. La demande intérieure a reculé au cours des deux dernières années, les médiocres résultats du marché du travail ayant pesé sur la confiance des consommateurs et des entreprises.

Néanmoins, comme l’indique le dernier volume des Études économiques de l’OCDE : Allemagne, la vigueur et la compétitivité de ses exportations contribuent, dans le contexte actuel d’accélération des échanges mondiaux, au redressement de la troisième plus grande économie de l’OCDE. La consommation privée devrait reprendre, grâce à l’augmentation des revenus disponibles induite par les allègements progressifs de l’impôt sur le revenu. Les dépenses des particuliers pour certains soins de santé courants augmenteront dans le cadre des réformes actuelles de réduction des coûts, et certains impôts indirects sont actuellement relevés dans un effort de maîtrise du déficit budgétaire.

De manière générale, le dernier volume des Études économiques de l’OCDE : Allemagne prévoit que le renforcement de la demande à l’intérieur et à l’étranger permettra d’accroître les profits et d’accélérer l’investissement en machines et en équipement. En revanche, la construction ne devrait pas sortir du marasme et les auteurs de l’Étude ne prévoient pas de retournement rapide du marché du travail, mais un certain nombre de signes laissent clairement présager une reprise.

Des problèmes subsistent néanmoins. Pendant plus de dix ans, la croissance du PIB réel a été plus lente que dans certains autres pays de l’OCDE. La productivité a certes progressé dans ce qui demeure une économie extrêmement innovante, mais elle n’a pas augmenté assez vite pour compenser la plus faible contribution de l’emploi à la croissance. En réalité, le chômage a augmenté, principalement du fait des blocages structurels de l’économie, liés aux coûts salariaux globalement élevés et à la rigueur de la législation du travail. Même lorsque l’activité reprend, ces obstacles incitent les employeurs à réfléchir à deux fois avant de procéder à de nouvelles embauches.

Le gouvernement a entrepris d’agir. Il faut se féliciter des réformes visant à réduire les obstacles à l’accroissement de l’emploi et des autres réformes structurelles prévues par l’« Agenda 2010 », concernant notamment les pensions et la compétitivité. Cependant, les auteurs de l’Étude recommandent d’étendre encore ces mesures pour réduire la dette publique, supprimer les distorsions budgétaires et faire en sorte que le marché du travail réponde mieux à l’offre et à la demande.

Bien que le niveau d’innovation allemande soit parmi les plus élevés du monde, il a légèrement reculé ces dernières années. Pour le rétablir, des mesures doivent être prises afin de stimuler à nouveau l’esprit d’entreprise, les auteurs du rapport estimant « qu’il est largement possible » d’encourager la création de nouvelles entreprises et de renforcer la concurrence.

La dernière Étude économique de l’OCDE sur l’Allemagne est complétée par des statistiques de base, des graphiques et des tableaux. Outre une analyse du cycle conjoncturel allemand, les différents chapitres traitent des questions posées par l’unification, la réforme du secteur public, l’assainissement du budget, l’emploi, la concurrence et l’innovation.

Les Études économiques de l’OCDE couvrent tous les pays membres ainsi que certains pays non membres. Elles constituent une référence pour les économistes, les analystes conjoncturels et les responsables politiques partout dans le monde. Parmi les autres études récemment publiées figurent celles consacrées à la Zone euro, aux Pays-Bas et à un pays non membre, la Russie.

 

© L’Observateur de l’OCDE, N°244, Novembre 2004




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016