Le prix du risque

L’économie de la sécurité
Les outils de sécurité high tech permettent sans doute de renforcer la sécurité dans le monde, mais ils constituent aussi un marché lucratif. D’après les estimations citées dans L’ économie de la sécurité, cette activité en pleine expansion représente un marché mondial de USD 100 à 120 milliards. C’est aux États-Unis que le chiffre d’affaires de la sécurité est le plus élevé, avec USD 40 milliards. Viennent ensuite l’Allemagne, avec environ USD 4 milliards, puis la France et le Royaume-Uni, avec chacun USD 3 milliards.
L’ économie de la sécurité regroupe des articles d’experts internationaux issus des milieux gouvernementaux, des entreprises et des cercles universitaires, qui analysent cette demande d’une sécurité renforcée et la réponse que lui apportent les marchés et les sociétés. Certes, la criminalité a globalement diminué dans les pays de l’OCDE, mais la mondialisation, en favorisant une plus grande liberté de circulation des biens, des capitaux et des personnes, a aussi facilité le vol et la contrebande. Le coût global de la criminalité est considérable ; il est estimé à environ 20 % du PIB aux États-Unis et 7 % au Royaume-Uni.De plus, le risque de dommages à grande échelle dû à des actes de terrorisme s’est accru, indique L’ économie de la sécurité. La peur, le secret, la suspicion envahissent nos vies et influencent les stratégies des entreprises et des pouvoirs publics. D’aucuns voient dans les nouvelles technologies une solution, que ce soit pour vérifier l’identité ou surveiller des transactions par carte de crédit.Mais qu’advient-t-il lorsque la technologie de la sécurité est exploitée à des fins plus invasives et condamnables ? L’ économie de la sécurité met en garde contre une tendance grandissante à utiliser les bases de données non seulement pour classer et identifier les personnes et contrôler leurs horaires de présence sur le lieu de travail, mais aussi pour les catégoriser, parfois à leur insu, comme délinquants potentiels ou comme clients potentiels. L’ économie de la sécurité examine les implications sociales et politiques de ces risques.L’enjeu est de trouver l’équilibre optimal entre mesures de sécurité et efficience. À court et à moyen terme, une sécurité accrue peut revenir très cher, mais dans la mesure où elle peut prévenir des dommages et des perturbations très graves, elle peut s’avérer à long terme extrêmement rentable. L’ économie de la sécurité prend l’exemple d’un nouveau système de détection électronique proposé par les douanes américaines qui, grâce à un meilleur suivi des marchandises, pourrait permettre aux importateurs américains d’économiser environ USD 22 milliards sur 20 ans et épargnerait plus de USD 4 milliards de dépenses aux services douaniers américains. Le passage en douane des marchandises serait certes plus lent, mais il serait plus sécurisé et moins coûteux. ISBN 9264-10772X. Voir www.oecd.org/bookshop pour les commandes .© L’Observateur de l’OCDE, N°244, Novembre 2004


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier en anglais par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016