L’UE élargie et l’OCDE

Cliquer pour agrandir

L’adhésion officielle à l’Union européenne (UE), le 1er mai 2004, de 10 nouveaux États membres marque une étape importante dans l’histoire de l’Europe. La Présidence irlandaise a eu l’honneur d’accueillir ces pays en tant que membres à part entière de l’UE et de célébrer avec eux ce grand événement par un « Day of Welcomes ».

Un élargissement de cette ampleur – i.e. passer de 15 à 25 membres – est sans précédent dans l’histoire de l’UE. Mis à part les six membres fondateurs, les vagues précédentes les plus importantes de nouveaux venus n’ont compté que trois pays : Autriche, Finlande et Suède en 1995, puis Danemark, Irlande et Royaume-Uni en 1973. Si cet élargissement offre à l’évidence des opportunités, il crée aussi des défis. Nous travaillons pour permettre une transition sans heurts durant laquelle les nouveaux États membres seront pleinement et efficacement intégrés aux structures de l’UE. Dans le même temps, nous nous efforçons d’étendre et d’adapter les programmes existant dans tous les domaines d’action aux nouveaux États membres. Les mesures nécessaires sont prises pour les associer aussi rapidement que possible à la Stratégie de Lisbonne pour une réforme économique, sociale et environnementale, à l’acquis de Schengen sur la libre circulation des personnes et au processus de coordination des politiques économiques.Aucune organisation ne comprend mieux que l’OCDE la difficulté d’aider des pays membres aux niveaux de vie sensiblement différents à œuvrer ensemble. Permettre aux pays membres de tirer les enseignements d’expériences communes est au cœur même des activités de l’OCDE. Les examens par les pairs, la qualité et la portée des analyses et des études sont autant de facteurs qui ont contribué à améliorer les résultats économiques et à renforcer la cohésion sociale. De fait, les quatre nouveaux États membres de l’UE qui sont déjà membres de l’OCDE – Hongrie, Pologne, République slovaque et République tchèque – reconnaissent le rôle précieux qu’a joué l’Organisation pour les préparer en vue de leur adhésion à l’UE, grâce à des programmes spécifiques et à leur participation dans un large éventail d’activités de l’OCDE.Toutefois, aucun membre de l’UE, qu’il soit ancien ou nouveau, ne s’imagine que le plus dur a été fait. Assurer la sécurité et la prospérité, poursuivre les efforts de réforme, améliorer les systèmes d’enseignement et créer un environnement plus propre sont des objectifs d’action qui constituent tous une véritable gageure. La mondialisation offre de nouvelles opportunités qui peuvent nous aider à atteindre ces objectifs, mais celles-ci ne pourront être pleinement exploitées que si la communauté internationale est disposée à collaborer pour établir des codes de conduite acceptés par tous. L’importance de l’OCDE à cet égard est largement reconnue et l’Organisation peut jouer ici un rôle décisif.Il est particulièrement satisfaisant d’entendre citer l’Irlande comme exemple s’agissant de la marche à suivre pour parvenir au progrès économique et social. À l’évidence, les compétences et la faculté d’adaptation de notre population ont énormément contribué au remarquable développement de ces dernières années. Toutefois, notre appartenance à l’UE et à l’OCDE a été déterminante pour notre réussite. Grâce à l’OCDE, l’Irlande, comme tous les pays membres, a pu déterminer les domaines où une réforme améliorerait nettement nos résultats concernant les marchés du travail, l’entreprenariat, la gouvernance, les partenariats public/privé, etc. Le rôle qu’a joué l’OCDE dans l’évolution du système d’enseignement irlandais, par exemple, a été un élément indispensable à notre croissance. L’extension de l’UE vient nous rappeler que les organisations internationales doivent s’adapter à un monde en constante évolution. L’OCDE démontre à la fois qu’elle est consciente de cette situation et qu’elle entend y faire face, grâce notamment aux rapports de référence que l’Ambassadeur de Finlande auprès de l’OCDE, Jorma Julin, et celui du Japon, Seiichiro Noboru, ont consacrés aux domaines essentiels de réforme, à l’élargissement et à l’ouverture aux non-membres de l’OCDE. Ces études ont permis aux ministres, lors de la réunion du Conseil en mai, de prendre des décisions sur l’orientation future de l’OCDE.Alors que nous célébrons l’élargissement de l’UE, nous nous trouvons aussi au début d’une nouvelle ère dans l’évolution de l’OCDE. Les opportunités comme les défis à venir ne manqueront pas.© L’Observateur de l’OCDE, N°243, Mai 2004


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016