Sous-traitance au Japon

Direction de la science, de la technologie et de l'industrie
La sous-traitance est une pratique de plus en plus courante dans le monde des affaires nippon. Une enquête menée en 1997 par le ministère japonais du Commerce international et de l’Industrie (MITI) a montré que 20,1 % des entreprises japonaises sous-traitantes externalisaient leurs activités de formation professionnelle, tandis que 19,7 % sous-traitaient leurs systèmes d’information, 17,4 % leur procédés de production, 14 % la comptabilité et la fiscalité, et 13,7 % la R-D.
L’enquête du MITI a constaté que plus de 70 % des entreprises qui avaient eu recours à la sous-traitance avec pour objectifs, de se spécialiser davantage, de maximiser leurs performances et d’abaisser les coûts, avaient atteint leur but. En optant pour l’externalisation, les entreprises visaient, entre autres choses, à améliorer la gestion, réduire leurs coûts et assouplir leurs politiques commerciales. Pour nombre de sociétés, la sous-traitance a d’abord rendu possible une restructuration interne. Les entreprises ont indiqué que l’externalisation leur a permis d’élargir leurs réseaux d’information, d’améliorer les avantages sociaux de leurs employés, et même de tirer profit des évaluations de performance réalisées par le prestataire extérieur.Les entreprises ayant fait l’objet de l’enquête ont affirmé qu’elles ont pu, grâce à la sous-traitance, se concentrer sur leurs activités de base. Il faut s’attendre à ce que l’externalisation prenne de plus en plus d’importance au Japon, et qu’elle s’étende à des domaines comme le marketing, le recrutement de personnel et la formation professionnelle. À long terme, elle contribuera vraisemblablement à relancer l’économie nippone et à promouvoir la restructuration industrielle. Avec la croissance qui pointe à l’horizon, c’est peut-être déjà le cas.Source : Étude sur l’industrie de sous-traitance, Division des services, ministère du Commerce international et de l’Industrie, Japon ,1997.


Données économiques

PIB +0,2% T4 2019
Échanges exp -0,7% ; imp -0,9% T3 2019
Inflation annuelle 2,1% décembre 2019
Chômage 5,1% décembre 2019
Mise à jour: 20 février 2020

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

<b>Abbonez-vous!</b>

Pour votre edition
de l’Observateur de l’OCDE livré en anglais chez vous



Edition Q2 2019

Editions précédentes

Ne manquez pas

  • "D’ordinaire, il faut des livres ou des discours pour changer notre regard. Cette fois, c’est un site Internet qui vient révolutionner notre vision de l’Afrique urbaine. Lancé jeudi 22 novembre dans le cadre du huitième sommet Africités, à Marrackech, Africapolis.org arrive comme un outil majeur pour comprendre la ville africaine de 2018 et anticiper celle de 2050." Lisez l'entretien du journal "Le Monde" avec Laurent Bossard, Directeur du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE, ici.
  • Le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría, avec le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, à New York.
  • Star des mathématiques, le français Cédric Villani a remis son rapport sur l’intelligence artificielle au Président Macron le 28 mars. Retour sur ce qu’il expliquait à propos des problèmes de biais d’algorithmes de l’IA à l'OCDE en octobre 2017. Cliquez ici pour regarder le vidéo.
  • Le 24 janvier, la Barbade, la République de Côte d’Ivoire, la Jamaïque, la Malaisie, le Panama et la Tunisie ont signé la Convention multilatérale BEPS, portant à 78 le nombre de signataires. Cette Convention renforce les conventions fiscales existantes et restreint les possibilités d’évasion fiscale par des entreprises multinationales.
  • Suite aux révélations des Paradise Papers, Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, s’exprime sur France Inter. Un éclairage essentiel sur ce « scandale de la légalité », l’ampleur de l’optimisation fiscale, et le travail très concret de l’OCDE. A ne pas manquer.
  • Bien que la pauvreté relative n'ait cessé de reculer depuis trente ans, il y a beaucoup plus d'inégalités entre les riches et les moins riches. Ana Llena Nozal, OCDE, participe à la discussion sur la question (RFI).
  • Le logement abordable, un defi pour l'Europe : un article du Monde sur la hausse des inégalités liée au renchérissement de l'immobilier.

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2019