Le boom des services stratégiques aux entreprises

Direction de la science, de la technologie et de l'industrie
Quel est le dénominateur commun des activités suivantes : les services de logiciels informatiques et de traitement des données ; la R-D et les services d’essais techniques ; les services de marketing ; les services d’organisation de l’entreprise et les services de mise en valeur des ressources humaines ? Première réponse : elles peuvent toutes être regroupées dans une catégorie plus large, celle des « services stratégiques aux entreprises ». Car, si elles ne constituent pas forcément les activités de base d’une entreprise manufacturière traditionnelle, elles en sont des compléments importants. D’où une deuxième réponse : dans les pays de l’OCDE, ces services stratégiques sont de plus en plus externalisés au lieu d’être pris en charge par l’entreprise.
Bien qu’ils se soient fortement développés ces vingt dernières années, ces services sont restés relativement méconnus et peu explorés. Cela tient en partie au fait qu’ils sont difficiles à mesurer sur le plan statistique. Toutefois, depuis 1997, l’OCDE s’efforce de résoudre ce problème. Elle est parvenue à déterminer le rôle et l’importance des services stratégiques aux entreprises dans 21 pays membres.Au service de l’économieDe façon générale, les services ont connu une forte progression dans les économies de l’OCDE. Au milieu des années 90, ils représentaient environ 70 % du PIB et 65 % de l’emploi total. La forte croissance des services stratégiques aux entreprises a été tout à fait remarquable ces dernières années. Leur efficacité a largement contribué à l’essor global de l’économie, que ce soit dans le secteur manufacturier ou dans celui des services.Le recours de plus en plus fréquent à la sous-traitance a stimulé de façon considérable, quoique imprécise, le développement des services stratégiques aux entreprises. Les activités liées aux technologies de l’information, au recrutement et à la formation du personnel, comptent parmi les nombreux services que les entreprises préfèrent de plus en plus confier à des fournisseurs extérieurs. Le recours à la sous-traitance a pour objectif d’améliorer la qualité des prestations et, bien entendu, de réduire les coûts. Elle permet ainsi aux entreprises de se concentrer sur leurs activités de base, de libérer des ressources internes pour les réaffecter à d’autres activités, d’accéder à des ressources non disponibles à l’interne, enfin de diminuer ou de partager les risques.Une croissance stable et fiableS’ils ont été créés pour soutenir les entreprises, les services stratégiques n’en représentent pas moins, à eux seuls, un véritable secteur économique. L’une de leurs caractéristiques les plus frappantes, c’est qu’ils ont progressé de façon spectaculaire même lorsque la croissance économique globale stagnait ou ralentissait. Cela a été le cas dans de nombreux pays, notamment en Australie, en Autriche, au Canada, aux États-Unis, en Finlande et au Royaume-Uni. Et l’on peut parier que si des données plus précises existaient pour d’autres pays, elles confirmeraient ce phénomène.Les données dont on dispose actuellement brossent un tableau particulièrement surprenant de la tendance. En 1995, les services stratégiques aux entreprises de 19 pays de l’OCDE ont généré un chiffre d’affaires global d’au moins 1 100 milliards de dollars, ce qui représente à peu près l’équivalent du PIB du Royaume-Uni au cours de la même année. Ces services ont employé près de 11 millions de personnes dans 21 pays, soit plus du double de la main-d’œuvre de toute l’industrie automobile de l’ensemble des pays de l’OCDE. Des écarts au niveau de l’information recueillie jusqu’à ce jour semblent indiquer que ces chiffres sont en deçà de la réalité, voire qu’ils sous-estiment largement l’importance réelle de ces activités. C’est le cas, notamment, des services liés aux ressources humaines tels que l’éducation, la formation des adultes et la réinsertion professionnelle, activités sur lesquelles on a peu de données.Ces performances impressionnantes sont en partie le fait de quelques services stratégiques aux entreprises qu’on pourrait qualifier de vedettes. Ce sont les services informatiques qui tiennent le haut du pavé avec un chiffre d’affaires d’environ 350 milliards de dollars. Les services d’organisation de l’entreprise – conseil en gestion, recrutement de personnel et services analogues – occupent le second rang avec à un chiffre d’affaires légèrement supérieur à 290 milliards de dollars. Quant aux chiffres d’affaires générés par les services de marketing et les services regroupant la R-D, les essais techniques et les services d’analyse, ils se chiffraient respectivement à 242 et 192 milliards de dollars.Les services stratégiques aux entreprises sont également de gros pourvoyeurs d’emplois : 11 millions de personnes, selon l’estimation faite en 1995. Les services d’organisation de l’entreprise sont au premier rang avec 3,6 millions d’employés pour ce qui est du recrutement de personnel et 1,5 million en ce qui concerne le conseil en gestion. Les États-Unis représentaient à eux seuls environ 53 % du chiffre total, dont à peu près 2,6 millions d’emplois dans les services en recrutement de personnel, c’est-à-dire bien plus que pour la R-D, les services informatiques et le conseil en gestion. Les services de recrutement et de mise à disposition de personnel ont été également d’importants pourvoyeurs d’emplois en France et au Royaume-Uni. Au Japon et en Allemagne, ce sont plutôt les services informatiques qui arrivent en tête. Services informatiques qui, avec le recrutement, ont été des secteurs dynamiques dans plusieurs pays de la zone OCDE. Ceci dit, toutes les catégories de services stratégiques aux entreprises ont connu une forte expansion de l’embauche depuis plus d’une dizaine d’années, affichant souvent des taux de croissance annuels à deux chiffres. Une autre caractéristique commune aux services stratégiques est qu’ils sont le plus souvent assurés par des petites entreprises ; lesquelles sont toujours, en moyenne, de beaucoup plus petite taille que dans le secteur manufacturier, voire dans l’ensemble des secteurs économiques des pays concernés. En Espagne, les travailleurs indépendants dirigent 70 % des entreprises de services informatiques, 50 % de celles qui se consacrent aux essais techniques, et un peu moins encore des sociétés de services de recrutement de personnel, de publicité et de mise en valeur des ressources humaines.Si les prestataires de services stratégiques aux entreprises sont en majorité de petite taille, on compte également un petit nombre de gros fournisseurs, des acteurs planétaires dominants qui offrent leurs services dans le cadre d’une exploitation multinationale. Ces quelques grandes entreprises se sont épanouies à la faveur de la mondialisation de l’industrie manufacturière et plusieurs d’entre elles se sont imposées aux quatre coins de la planète en accompagnant leurs clients, grandes entreprises manufacturières et autres. Citons en exemple Andersen Consulting, le Groupe Boston Consulting, Cap Gemini Sogeti, SAP ou encore le Groupe WPP. Il est intéressant de noter que les entreprises multinationales américaines brillent tout particulièrement au palmarès des dix acteurs mondiaux les plus importants, et cela tous services confondus : information, logiciels, publicité, conseil en gestion et recrutement de personnel.Tendance à la mondialisationOn dispose de très peu d’information détaillée sur les échanges commerciaux internationaux en matière de services stratégiques aux entreprises. Pour mener son analyse, l’OCDE a dû s’en remettre principalement aux données sur le commerce américain. Les États-Unis sont indiscutablement les plus grands fournisseurs mondiaux de services aux entreprises. Les exportations américaines de services stratégiques aux entreprises se sont élevées à 6,6 milliards de dollars en 1997. Un chiffre qui perd cependant un peu de son éclat au regard des ventes qu’ont réalisées à l’étranger les filiales étrangères des sociétés américaines : 28,3 milliards de dollars pour les services informatiques en 1996 et 4,9 milliards de dollars pour les services de publicité en 1995. En outre, l’investissement américain direct à l’étranger pour l’ensemble de ces services s’est élevé à environ 11 milliards de dollars en 1994.Ces chiffres démontrent clairement que les services stratégiques aux entreprises ont désormais acquis leurs lettres de noblesse. Il ne serait pas non plus étonnant, vu leur envergure mondiale actuelle, qu’on leur accorde une attention toute particulière lors des prochaines négociations commerciales multilatérales.Bibliographie : Les services stratégiques aux entreprises, OCDE, 1999


Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016