Le Japon en pleine fusion

Difficile de rester indifférent lorsque l’on apprend, le matin en ouvrant son journal, l’annonce de nouvelles suppressions d’emplois comme celles du constructeur automobile japonais Nissan Motor en octobre dernier qui portaient sur 21 000 postes à travers le monde. Les Japonais, surtout, ont dû avoir du mal à digérer la nouvelle, eux qui sont peu habitués aux fusions et qui se sont toujours plus ou moins méfiés des participations étrangères dans leurs entreprises. D’autres grands pays de l’OCDE ont l’habitude des chambardements qu’entraînent les fusions et les acquisitions ; et certains d’entre eux se soucient même fort peu de savoir qui possède quoi, pourvu que les entreprises établies sur leur territoire soient bien gérées et qu’elles remplissent leurs engagements. Une attitude qui, dans le contexte du marché planétaire, deviendra sans doute de plus en plus courante.

Les fusions et les acquisitions internationales ont connu un essor rapide ces dernières années. Indissociables du phénomène de mondialisation, elles ont redonné un nouveau visage à l’industrie mondiale. En fait, la valeur des fusions et des acquisitions à travers le monde a été multipliée par six entre 1991 et 1998, passant de 85 à 558 milliards de dollars. Les six opérations les plus importantes ont été estimées à 169 milliards de dollars. En 1998, les fusions et acquisitions internationales étaient en hausse de 60 % par rapport à 1997, et plus de deux fois supérieures aux chiffres de 1996. Le nombre total de fusions et acquisitions internationales a par ailleurs augmenté rapidement au cours de la même période, passant de 4 149 à 1991 à 5 373 en 1998, avec un record de 6 310 opérations en 1995.

La plupart des fusions et acquisitions internationales ont été réalisées dans un petit nombre de pays, notamment en Allemagne, aux États-Unis et au Royaume-Uni. Mais le Japon est peut-être en train de les rattraper. L’accord de partenariat Nissan-Renault conclu en mars 1999 – dans lequel la firme française Renault a versé 5,4 milliards de dollars pour acquérir 36,8 % de participation en capital de Nissan et 22,5 % de Nissan Diesel – n’est qu’un exemple parmi d’autres de cette évolution. Confrontée à une économie nationale léthargique et à une concurrence internationale exacerbée, Nissan n’a eu d’autre choix que de faire appel à des fonds étrangers. Si l’accord prévoit une injection massive de capitaux de la part de Renault, il autorise également le directeur d’exploitation du constructeur français à mettre en chantier des plans de redressement, qui peuvent comprendre une réduction des effectifs.

Citons encore quelques exemples de fusions et d’acquisitions internationales. Toujours dans l’industrie automobile, Mazda a été placée dans les mains d’un partenaire étranger, l’Américain Ford. Dans le secteur financier, le mariage, en avril 1998, de la compagnie d’assurances Toho Mutual Life et de la société américaine GE Capital a donné naissance à GE Edison Life. En 1999, une nouvelle joint-venture a vu le jour : Nikko Salomon Smith Barney, propriété à 51 % de Nikko Securities et à 49 % de Travelers Group (Salomon Smith Barney).

Une série d’amendements apportés depuis 1980 à la Loi sur le commerce extérieur a attisé le mouvement des fusions et des acquisitions. Aux yeux des gestionnaires nippons, cependant, ce type d’alliances ne doit envisagé qu’en dernier recours. Il est probable que la culture d’entreprise japonaise, marquée par le système d’emplois à vie et la faible mobilité de la main-d’œuvre, restera sur ses gardes tant que l’on supprimera des postes. Et la tension risque de monter. Mais c’est peut-être là la rançon de la mondialisation, à laquelle le Japon adhère ; et la restructuration qui découle des fusions et des acquisitions devrait contribuer à renforcer l’économie. Une chose est sûre : les entreprises nippones sont de plus en plus nombreuses à rationaliser leurs activités, et l’idée d’un mariage de raison avec un partenaire national ou étranger ne les fait plus frémir comme d’antan.

DSTI.contact@oecd.org




Données économiques

Courriel gratuit

Recevez les dernières nouvelles de l’OCDE :

Flux Twitter

Abonnez-vous dès maintenant

Pour recevoir notre édition papier par courrier


Edition en ligne
Editions précédentes

Ne manquez pas

  • G20: « Le temps est venu d’accroître les dépenses publiques » (Le Monde)
  • En France, les inégalités salariales se réduisent chaque année. Les salaires des femmes cadres de moins de 30 ans sont « seulement » inférieurs de 5 % à celui des hommes, selon l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) dans une étude publiée en mars 2015.Les réseaux féminins ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde du travail ? (Le Monde)
  • Pourquoi les fils d’immigrés ne réussissent-ils pas à l’école aussi bien que leurs sœurs? Un article du journal Le Monde.
  • L'intégration rapide des réfugiés est la clé de la croissance économique en Europe, selon le FMI et l'OCDE, présents à Davos, le forum économique mondial qui se déroule du 20 au 23 janvier. Lire l'article du Monde ici.

  • Expliquez-nous... l'OCDE par FranceInfo
  • "Nous avançons à une vitesse d'escargot" sur le climat, estime Ban Ki-moon. Le secrétaire général des Nations Unies confie au journal Le Monde son optimisme sur la conclusion d’un accord international permettant de contenir le réchauffement en cours, en dépit des obstacles.
  • La France est "l'un des pays où l'anxiété en classe est la plus fortement ressentie" explique Eric Charbonnier, analyste à l'OCDE.
  • Après le vote des mesures sociales demandées par l'Union européenne et le FMI, prévu pour le 22 juillet au soir, le gouvernement grec "va reprendre immédiatement les négociations avec les institutions, UE, BCE et FMI, qui doivent durer jusqu'au 20 août au plus tard".
  • Peut-on réduire l'immigration légale? Le député français de l’Yonne Guillaume Larrivé, membre de l'opposition, a proposé que les parlementaires fixent des plafonds d’immigration annuels. Thomas Liebig, spécialiste des migrations internationales à l’OCDE, analyse cette proposition pour le journal La Croix.
  • "Les 40% les plus pauvres, les classes moyennes, manquent de moyens pour investir dans le capital humain", explique à L'Express l'économiste Michael Förster, spécialiste des inégalités à l'OCDE.
  • La lutte contre le travail au noir franchit un nouveau seuil. Selon le bilan 2014 publié par Les Echos, le montant total des redressements imposés par les Urssaf pour « travail dissimulé » s’est élevé à 401 millions d’euros, contre 320 millions l’année précédente.
  • Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon rallie le soutien de l’OCDE: « 2015 est une année des plus cruciales pour l’humanité ».

Articles les plus lus

Blog OECD Insights

NOTE: Les articles signés expriment l’opinion de leurs auteurs
et pas nécessairement celle de l’OCDE ou de ses pays membres.

©Tous droits réservés. OCDE 2016